UATCI
Accueil du site > Journal : le pouvoir aux travailleurs > Numéros de l’année 2016 > Numéro 422 du 24 Avril 2016 > Numéro 422 du 24 Avril 2016

Numéro 422 du 24 Avril 2016

Articles de cette rubrique


Éditorial

UNE FRONTIÈRE QUI NE FAIT QU’AGGRAVER LA SOUFFRANCE DES POPULATIONS (Numéro 422 du 24 Avril 2016)

SÉNÉGAL-GAMBIE
Depuis le 10 février 2016 la frontière entre le Sénégal et la Gambie est totalement fermée suite à la décision des autorités gambiennes d’augmenter brutalement la taxe de passage pour chaque véhicule. Ainsi le prix du passage d’un camion de marchandises en territoire gambien passe de 4 000 francs CFA (...)


YAYA JAMMEH, UN DICTATEUR DOUBLÉ D’UN ISLAMISTE (Numéro 422 du 24 Avril 2016)

GAMBIE
Depuis juillet 1994, les Gambiens vivent sous la dictature féroce du galonné Yaya Jammeh. Il ne tolère aucune opposition, aucune critique de la presse, il ne tolère que des syndicats à sa botte et n’hésite pas à fusiller ses opposants. Une fois au pouvoir, il a troqué sa tenue militaire pour un grand (...)


UNE CENSURE DICTÉE PAR LES ISLAMISTES (Numéro 422 du 24 Avril 2016)

SÉNÉGAL
Les dirigeants sénégalais se vantent souvent d’être « un modèle de démocratie en Afrique », mais ils sont à genoux devant les grands marabouts des confréries religieuses qui règnent en maîtres absolus dans leurs « villes saintes ». C’est sous la pression de ceux-ci, à travers diverses associations (...)


DES MILLIARDS POUR L’ARMÉE ET RIEN POUR LA POPULATION PAUVRE (Numéro 422 du 24 Avril 2016)

MALI
Lorsqu’il s’agit de débloquer des fonds pour créer des infrastructures utiles à la population, les dirigeants de l’État malien disent que les caisses sont vides. Ce sont alors les travailleurs maliens de l’émigration qui sont obligés de cotiser pour prendre en charge la construction des écoles, des (...)


LIBERTÉ POUR MOHAMED CHEIKH OULD MKHEITIR ! (Numéro 422 du 24 Avril 2016)

MAURITANIE
Depuis janvier 2014, Mohamed Cheikh Ould Mkheitir est emprisonné en Mauritanie pour avoir simplement posté sur Internet un article jugé « blasphématoire envers le prophète et l’islam ». Cela est considéré comme un crime grave par les autorités de cet État devenu « République islamique » en juillet 1991. (...)


CE SONT LES POLITICIENS ASSOIFFÉS DE POUVOIR QUI SÈMENT LE POISON DE L’ETHNISME ! (Numéro 422 du 24 Avril 2016)

CÔTE D’IVOIRE
La haine interethnique a fait encore des victimes parmi les populations pauvres. Cette fois-ci, le drame s’est passé à Bouna. La presse a fait cas de plus de 30 morts, des blessés, des habitations incendiées, des populations déplacées. L’origine de cette barbarie est un banal conflit entre éleveurs et (...)


AFFRONTEMENTS INTERETHNIQUES A BOUNA : LE GOUVERNEMENT JOUE AU MÉDECIN APRÈS LA MORT (Numéro 422 du 24 Avril 2016)

CÔTE D’IVOIRE
Les 24, 25 et 26 mars, de violents affrontements ont eu lieu à Bouna, ville d’environ 50.000 habitants située au Nord-Est de la Côte d’Ivoire. Ces affrontements s’entretuer durant plusieurs jours ont fait plus de 30 morts et plusieurs blessés. 2.000 personnes se sont réfugiées dans le camp onusien (...)


LA SITUATION DES TRAVAILLEURS DANS LE SECTEUR DU BÂTIMENT (Numéro 422 du 24 Avril 2016)

CÔTE D’IVOIRE
Le secteur du bâtiment et des travaux publics est en plein essor depuis quelques années. Il y a partout de grands chantiers de promotion immobilière, des travaux d’État comme les voiries ; les bâtiments administratifs ; les ponts ; les châteaux d’eau et leurs canalisations. Ces travaux utilisent (...)


LES FEMMES MANIFESTENT POUR RÉCLAMER L’EAU (Numéro 422 du 24 Avril 2016)

CÔTE D’IVOIRE
Le 22 avril, les femmes du quartier Gesco de Yopougon ont manifesté contre le manque d’eau. Des collégiens et des lycéens y ont participé. Le manque d’eau perdure depuis plus d’un mois. Les gens ne sont pas informés sur la cause de cette coupure inacceptable. Les femmes ont barré l’autoroute pour (...)


L’INCURIE DES AUTORITÉS FACE À L’INSÉCURITÉ DANS LES QUARTIERS POPULAIRES (Numéro 422 du 24 Avril 2016)

Les journées autour du 30 mars 2016 ont été des moments de panique pour la population d’Abobo. Des bandits communément appelés « microbes » ont sévi dans la commune. Armés de machettes et de gourdins, ils ont semé la terreur pendant trois jours. Ces délinquants avaient le contrôle total d’une bonne partie (...)


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2016 RSSNuméro 422 du 24 Avril 2016   ?