UATCI

LE TRANSPORT, UN VÉRITABLE CASSE-TÊTE POUR LES TRAVAILLEURS

CÔTE D’IVOIRE

Rentrer chez soi le soir après le travail relève d’un véritable parcours du combattant pour les travailleurs habitant Abobo. Les Gbakas, les seuls transports en commun sur la ligne Yopougon Zone-Abobo sont en nombre insuffisant. Cette insuffisance est aggravée par les interminables embouteillages sur ce tronçon. Ce qui fait qu’aux heures de descente, les files d’attente s’allongent. L’attente peut durer souvent plus d’une heure. Il arrive même parfois qu’un travailleur qui finit le boulot à 18 heures arrive chez lui à 21 heures. Il y a aussi que ces Gbakas sont très vétustes et tombent très souvent en panne, sans compter tous les risques d’accident sur cette voie dégradée.

D’autres par contre, devant la difficulté de la situation optent pour l’auto-stop. Mais là aussi, ce n’est pas chose facile. Car il faut compter sur la bonne volonté des automobilistes. Ce qui n’est pas une évidence. Ce qui est courant, c’est que ce sont des chauffeurs de camion benne qui sont eux-mêmes des travailleurs qui rentrent sur Abobo, qui s’arrêtent par solidarité. Les travailleurs sont ainsi transportés comme du bétail.

Les patrons dans cette zone industrielle ont largement les capacités pour mettre à la disposition des travailleurs qu’ils exploitent, des véhicules de transports adéquats afin de les transporter en toute sécurité. Mais même pour une chose aussi élémentaire, ils en sont incapables. La seule chose qu’ils savent faire, c’est exploiter les travailleurs, et empocher le profit.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2015 RSSNuméro 413 du 21 Juin 2015   ?