UATCI

LE GOUVERNEMENT A SA PART DE RESPONSABILITÉ DANS LA TUERIE DE NDJAMENA

TCHAD

Ce qui devait arriver arriva : Le 15 juin à Ndjaména, deux attentats commis au même moment, l’un dans l’enceinte même de l’école de police, l’autre aux abords du commissariat central, ont fait au total 43 morts et une centaine de blessés. C’était horrible. De l’avis même de certains vieux habitants, on n’a jamais vu un tel massacre ! Jusqu’à présent cette attaque n’est toujours pas revendiquée mais les autorités tchadiennes ont accusé le groupe djihadiste islamique Boko Haram d’en être l’auteur.

Depuis l’engagement des troupes tchadiennes au Mali aux côtés de celles de l’impérialisme français, les populations tchadiennes craignent pour leur peau ; elles craignent les représailles des extrémistes religieux d’autant plus que les autorités de Ndjaména se vantent d’avoir tué en février 2014 deux chefs djihadistes du Mujao au nord du Mali. La crainte des Tchadiens a redoublé avec la récente intervention des troupes tchadiennes au nord du Cameroun et du Nigéria, avec l’accueil, à Ndjaména, du quartier général de la force régionale chargée de lutter contre Boko Haram et l’établissement du siège de l’opération française Barkhane, pour lutter contre le terrorisme dans le Sahel. Les habitants, surtout ceux de Ndjaména pensent que Boko Haram va réagir en envoyant ses djihadistes faire éclater leurs bombes aux marchés, dans les églises, les mosquées ou dans d’autres lieux publics comme les bars, les hôpitaux ou les écoles… pour tuer plus monde.

Et ce qu’ils redoutaient arriva : quand le 13 février dernier, des éléments de Boko Haram, venant du Nigéria avaient lancé un premier raid sur Ngaboua, un village de pêcheurs, situé en territoire tchadien, tuant deux habitants, brûlant des cases, des maisons et abattant du bétail, avant de se retirer, la peur des Ndjaménois a redoublé d’intensité : la prochaine étape sera Ndjaména, se disait-on.

Et la menace tant redoutée éclata au grand jour, non pas aux endroits pressentis mais à l’école de police et au commissariat central.

Deux jours après ce massacre, le gouvernement tchadien a interdit dans tout le pays, le port de la burka, ce voile intégral porté par les femmes musulmanes qui cache leur corps entier, ne laissant apparaître que les deux yeux. Le gouvernement a aussi ordonné aux forces de sécurité de « ramasser toutes les burkas » en vente sur les marchés et de « les brûler ». Et ceux qui « se hasardent à braver la mesure en portant la burka doivent être arrêtés, jugés et condamnés ». Est interdite également « la circulation des véhicules à vitres fumées ».Toutes les mosquées et les églises sont placées sous surveillance, etc.

Toutes ces gesticulations n’empêcheront pas les mouvements islamistes de tuer des innocents et de recruter toujours plus parmi les démunis. Leur principal allié, c’est la misère et l’ignorance. Tant qu’on ne mettra pas fin à ces fléaux, ces mouvements continueront à sévir parmi les classes pauvres.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2015 RSSNuméro 413 du 21 Juin 2015   ?