UATCI

DE NOUVELLES HAUSSES DE PRIX QUI S’ABATTENT SUR LES POPULATIONS PAUVRES

SÉNÉGAL

15

Soi-disant pour favoriser la consommation du riz local produit notamment en Casamance, le gouvernement sénégalais a décidé d’augmenter le prix du riz importé. C’est ainsi que le sac de 50 kilos de « riz parfumé » qui coûtait auparavant 13 500 F Cfa est passé à 16 500 F depuis le début avril. Le riz produit localement ne répond pas au gout de certaines personnes. Il est par exemple plus difficile à cuire et sèche trop vite.

Dans la même foulée, cette fois-ci sous prétexte d’évolution de prix sur le marché mondial, le gouvernement a aussi autorisé des hausses sur la bouteille de gaz de 9 kilos (modèle le plus utilisé dans le pays) dont le prix est passé de 3 700 à 4 500 F Cfa. Le litre d’huile produite localement est aussi passé de 1 100 à 1200 F Cfa.

Ces augmentations provoquent un mécontentement certain dans les quartiers populaires de Dakar, entre autres, car les familles des travailleurs qui ont déjà du mal à joindre les deux bouts à cause des bas salaires et du chômage, sont soumises à des dépenses supplémentaires.

Le gouvernement n’a pas l’intention de reculer devant le mécontentement populaire. Mais si, à l’instar des enseignants des écoles et universités publiques qui paralysent le secteur de l’éducation depuis plusieurs semaines, les travailleurs et leurs familles des quartiers populaires se mobilisaient aussi pour défendre leur droit à une vie meilleure, le gouvernement y réfléchirait par deux fois avant d’annoncer des augmentations de prix des denrées de base.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2015 RSSNuméro 411 du 14 Avril 2015   ?