UATCI

LA GALÈRE RÉVOLTANTE DES ANCIENS

Depuis un certain temps des immigrés à la retraite, vivant en Afrique et qui reviennent en France pour faire prolonger leur carte de séjour, rencontrent de grosses difficultés.

Lors du dépôt de la demande, on leur donne un rendez-vous dans trois mois avec un récépissé à titre provisoire. En se présentant à la date prévue, on leur dit que la prolongation n’est pas prête, sous prétexte de manque de personnel. De nouveau on leur donne un autre rendez-vous trois mois plus tard avec un autre récépissé.

Il y en a ainsi beaucoup qui sont ballottés plusieurs fois de rendez-vous en rendez-vous de trois mois. Cela peut durer un an et plus pour la régularisation de leur situation administrative. De ce fait ils sont obligés de rester en attente en France, loin de leur famille, pendant une durée indéterminée et dans des conditions de vie de plus en plus dures. Tous les demandeurs sont révoltés par cette situation. L’État n’a qu’à simplifier les procédures de la prolongation des cartes des retraités d’autant plus qu’ils ont vécu plusieurs décennies en France, et sont connus par l’administration de ce pays.

Le but, non avoué, est de décourager ces gens-là de revenir en France en leur créant des difficultés. C’est un véritable mépris à l’égard de ces travailleurs qui ont été exploités pendant des années par la bourgeoisie de ce pays pour des salaires de misère.

Certains, comme ceux de Bagneux, en désespoir de cause, ont contacté des associations de sans-papiers pour être accueillis à la Préfecture. Alors, sous la pression de cette délégation, l’administration a reculé et résolu leur problème assez rapidement.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2015 RSSNuméro 408 du 04 Janvier 2015   ?