UATCI

LE PROCÈS DES EX-COLLABORATEURS DE HABRÉ : DU CINÉMA !

TCHAD

C’est vraiment du cinéma, l’ouverture ce 14 novembre dernier à Ndjaména, du procès de 29 prévenus, ex-collaborateurs du dictateur Hissen Habré qui vit depuis 24 ans à Dakar, en exil doré, après la chute de son régime sanguinaire. Car la première personne qui devrait passer en justice au Tchad, en l’absence de Habré, c’est bien évidemment le bourreau Idriss Deby qui fut le bras droit et l’exécuteur des basses besognes de ce dernier.

Habré a fait torturer et tuer des milliers de personnes, des opposants politiques mais aussi tous ceux qui n’étaient pas d’accord avec sa politique dictatoriale. La DDS, police politique qu’il a créée, a tué, emprisonné, parfois sans preuve, battu et torturé sans retenue et sans état d’âme. On parle de 40.000 morts et 200.000 victimes de tortures.

Quand Deby a pris le pouvoir début décembre 1990 à Ndjaména par un coup d’État perpétré contre Habré, son ancien compagnon de maquis, avec la bénédiction des autorités françaises, les parents des victimes pensaient, à tort, qu’il allait demander au Sénégal l’extradition de cet assassin à qui il a accordé l’asile politique. Deby ne l’a pas fait. Et pour cause ! Le procès de Habré à Ndjaména risquait de l’éclabousser, lui, qui fut à l’époque son second couteau.

Depuis qu’il est devenu chef de l’État, et fort du soutien de l’impérialisme français, cet assassin d’hier et d’aujourd’hui cherche à passer pour un homme respectable à qui l’on rend visite ou l’on sollicite ses services, sur le plan militaire par exemple. En témoigne le voyage du 21 novembre à Ndjaména du Premier ministre français Manuel Valls. Comme le ridicule ne tue pas, il cherche à passer aussi pour un justicier, en organisant le procès des anciens collaborateurs de Habré, pour les punir, et donc se donner bonne conscience alors que les Tchadiens savent bien quel rôle macabre il a joué sous le régime de Habré.

Ce procès, Deby le voulait « historique » mais manque de pot, il se déroule au moment même où avocats, notaires et huissiers observent une grève lancée le 10 novembre pour le paiement de leurs honoraires. En effet l’État a promis de leur verser une avance de 2 milliards de francs CFA sur l’argent qu’il leur doit. Comme la promesse n’a pas été tenue, les avocats ont boycotté la séance d’ouverture.

Le procès est ouvert tout de même mais pas comme le voulait le dictateur Deby. Un membre de la Chancellerie a déclaré : « On en restera aux formalités d’usage pendant les dix premiers jours. Pendant ce temps, nous espérons que les avocats reviendront à de meilleurs sentiments et participeront aux débats contradictoires ».

Les autorités ont tout tenté. Mais leurs promesses n’ont pas convaincu les trois corporations, avocats, notaires et huissiers de lever leur mot d’ordre de grève. Ils maintiennent leur mouvement tant qu’ils n’auront pas eu satisfaction. Ils ont parfaitement raison.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2014 RSSNuméro 407 du 23 Novembre 2014   ?