UATCI

RAVALOMANANA EST REVENU … ET APRÈS ?

MADAGASCAR

Marc Ravalomanana, l’ancien président chassé du pouvoir par des militaires et par la rue en 2009 et ayant trouvé asile en Afrique du Sud, vient donc de revenir au pays depuis quelques jours. Dans quelles conditions, par quels moyens, avec la complicité de qui ? Ni lui, ni le pouvoir de Hery Rajaonarimampianina, le président actuel, ni les « paparazzi » de la presse nationale, qui d’habitude sont coutumiers du moindre colportage, du moindre ragot ou fuite, font aujourd’hui preuve de mutisme sur le sujet. Seul l’ambassadeur de l’Afrique du Sud a fait une courte déclaration pour dire que les dirigeants de son pays présentaient des excuses pour ne pas avoir été au courant de son évasion. Jusqu’à quel point ce retour était « clandestin », de la part du régime et de la part des grandes puissances ? Le commun des mortels le saura peut-être un jour !

Pour le moment « l’évadé » a été placé dans une base militaire à Antsiranana, une ville provinciale située très au nord, et donc très éloignée de la région Vakinankaratra, considérée comme étant son fief.

L’appel de son épouse Lalao à descendre massivement dans les rues d’Antananarivo la capitale, pour soutenir le retour de son mari le président déchu, n’a été suivi que très mollement car à peine quelques centaines de leurs partisans ont osé braver l’interdiction de manifester et surtout les coups de matraques ainsi que les bombes lacrymogènes.

Actuellement toute la presse parle de « réconciliation nationale », un processus qui serait à mettre en place et qui mettrait fin au « cycle de crises politiques qui paralysent le pays ». La date, l’endroit et la forme de ce processus, ne sont pas clairement définis, mais tout un échafaudage de raisonnements se fait jour. Selon la vision d’un prétendu Club Développement et Éthique (CDE) et de celle de « personnalités de la société civile », il ne devrait pas y avoir de remise en cause de l’actuelle structure étatique car elle a été mise en place par des élections et donc par « voie démocratique ». On voit là où va leur préférence !

Mais les différentes tendances politiques actuelles, à la tête desquelles il y a les dirigeants qui se sont succédé à la tête de l’État et qui ont visiblement pris goût à la chose, vont-ils renoncer demain à leurs ambitions d’arracher au moins des postes substantiels pour eux et pour leurs clans ? Parce que dans ce système corrompu jusqu’à la moelle, les postes ministériels, les fauteuils des hauts fonctionnaires, sont toujours synonymes d’enrichissement personnel et de lucre. Ne dit-on pas que « la bouche qui a tété n’oublie pas le goût du lait » !

Et puis il n’y a pas que l’appétit des chevaux de retour, il y a aussi une ribambelle de petites « écuries » tantôt associées au pouvoir, tantôt dans l’opposition, qui fluctuent au gré du vent et flairent vite les chemins qui mènent à la mangeoire. Ils ne cherchent qu’à sucer tout ce qu’ils peuvent sucer et très rapidement vu que par ces temps de compétition exacerbée, ils savent qu’ils ont peu de chance d’y faire de vieux os. On appelle ça le « ady seza » (lutte pour un fauteuil).

Le pouvoir actuel en place depuis une dizaine de mois se révèle aussi incapable que ceux qui l’ont précédé, de guérir aucun des maux qu’il prétendait éradiquer : La JIRAMA, société qui a en charge les réseaux d’eau et d’électricité du pays, est, peut-être encore plus que précédemment, incapable d’assurer convenablement son rôle. L’eau et l’électricité sont coupées de façon récurrente et les délestages sont nombreux et surtout sélectifs car ils frappent surtout les quartiers pauvres. Il y aurait un détournement de carburants d’au moins 3000 litres par mois. Le ministre de l’énergie Fienena Richard, vient d’être limogé le 22 octobre. Mais c’était surtout un bouc émissaire car les problèmes de la JIRAMA datent depuis bien avant sa nomination à ce poste. Il était N°2 du parti politique MMM qui compte une douzaine de députés et qui choisit du coup de basculer dans l’opposition.

Depuis plusieurs semaines, des enseignants non fonctionnaires au niveau des écoles publiques sont en grève. Ils revendiquent leur intégration au sein de la Fonction Publique. Le Ministère de l’Education Nationale n’a prévu de recruter que 10 mille d’entre eux alors que leur effectif est estimé à 75 mille sur l’ensemble du territoire.

Par l’intermédiaire de la Télé, le gouvernement a récemment fait savoir que grâce à l’action du capitaine Faneva (monsieur Zorro local), et grâce aux Dina (sortes d’organisations traditionnelles d’éleveurs), 2800 dahalo (pilleurs de zébus) sur les 3200 se seraient rendus. La télé a montré des images de nombreuses personnes en tenue verte, déposant leurs armes et se disant prêtes à ne plus recommencer en échange de leur impunité et aussi de l’attribution d’un moyen de subsistance. Des bailleurs de fonds seraient dans le coup pour subventionner cette opération en attendant de leur trouver une occupation rémunérée telle qu’elle leur a été plus ou moins promise avec le concours des églises qui organisent des séances de prières collectives avec ces pauvres gens en haillons recrutés par des maffias qui elles semblent ne pas être touchées. « La religion c’est l’opium du peuple » affirmaient Marx et Engels au 19ème siècle. Mais cet opium ne guérit pas le mal, tout au plus il permet aux classes riches d’anesthésier temporairement la souffrance causée par leur système ignoble et de prêcher la résignation.

En tout cas, tous les ingrédients d’une nouvelle crise sont à nouveau en train d’être réunis car le pillage capitaliste et l’exploitation des classes pauvres ne font que s’aggraver à Madagascar comme partout ailleurs.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2014 RSSNuméro 406 du 26 Octobre 2014   ?