UATCI

LE DICTATEUR DEBY RÉPRIME DES ORPAILLEURS

TCHAD

Depuis un certain temps, des rumeurs ont circulé selon lesquelles l’on trouvait de l’or à fleur de terre dans les régions désertiques du Tibesti, à l’extrême nord du Tchad, du Niger sur le plateau du Djado et le long de la frontière entre les deux pays. C’est la ruée vers l’or : des milliers de personnes, d’anciens rebelles laissés-pour-compte, des « combattants » de la garde présidentielle de Deby qui désertent avec armes et véhicules 4x4 de service et surtout des jeunes sans travail, en particulier de Ndjaména, se sont rués vers ces trois zones. Parmi ces chercheurs d’or, se glissent des Nigériens, des Nigérians, des Soudanais et des Libyens. Certains orpailleurs utilisent des détecteurs de métaux pour la prospection. Le gouvernement nigérien estime entre 27.000 et 30.000 le nombre d’orpailleurs opérant sur son territoire.

Très vite la tension est montée parmi les orpailleurs, des conflits d’intérêts éclatent. Le 13 août dernier, des affrontements sanglants entre orpailleurs ont eu lieu au nord du Tchad : 30 morts et plusieurs blessés. Le dictateur Deby qui craint que ces affrontements ne se retournent contre lui et son régime, et ne remettent en cause son autorité dans cette zone, s’est rendu précipitamment à Faya-Largeau, capitale régionale du Borkou, pour rencontrer les notables, chefs de tribus et chefs religieux, annulant son voyage en France où il devait assister à la commémoration du débarquement en Provence.

Deby a d’abord ordonné aux autorités locales d’interdire aux orpailleurs l’accès dans les différents sites de prospection ; ensuite sous prétexte de « pratique illégale d’orpaillage », de « détention d’armes et d’engins interdits », il a envoyé une unité d’élites de sa protection massacrer les orpailleurs. Il y a eu des morts ; les survivants sont dépossédés de leur matériel de prospection, leurs moyens de communications et leur or et argent, et sommés de quitter les lieux. Selon les autorités, 500 chercheurs d’or ont été arrêtés et jetés en prison à Koro Toro (région du Borkou), en plein désert. Parmi eux se trouvent 179 Soudanais qui seraient libérés et expulsés vers le Soudan.

Contre les opposants et tous ceux qui ne sont pas d’accord avec sa politique ou qui la critiquent, Deby a toujours utilisé la manière forte pour les éliminer ou les faire taire. La répression contre les orpailleurs en est une nouvelle illustration.

Au Niger, les dirigeants ont choisi une autre voie pour régler le problème des orpailleurs. Dès septembre, tous les chercheurs d’or pourront exercer librement, sur tout le territoire, à condition de s’acquitter d’une carte d’exploitation qui coûte 2.000 francs CFA, valable un an. Ceux qui ont un peu plus de moyens pourront même exploiter une parcelle de terrain, pour 20.000 CFA par an. Au Tchad, un tel dispositif n’est pas encore envisagé. C’est la force qui prime.

Mais même si cela y était instauré, ça ne ferait que favoriser ceux qui auront les moyens de s’acquitter d’une telle redevance, au détriment de ceux qui ne possèdent presque rien.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2014 RSSNuméro 404 du 2 Septembre 2014   ?