UATCI

A PROPOS DU TRANSFÈREMENT DE CHARLES BLÉ GOUDÉ Á LA CPI

CÔTE D’IVOIRE

L’épisode de l’arrestation de Blé Goudé a connu un rebondissement en cette fin de mois de mars. Il a été remis à la Cour pénale Internationale (CPI) le 22 mars dernier. Ce transfèrement a suscité des réactions diverses au sein des populations : de l’indignation ou du soulagement pour certains et de l’indifférence chez d’autres.

Depuis la fin de la crise électorale qui avait endeuillé la Côte d’Ivoire, le Tribunal pénal international (TPI) avait émis des mandats d’arrêt contre trois personnes. Si dès les premiers jours, le nouveau pouvoir ivoirien a transféré le président déchu Laurent Gbagbo, il a toujours fait blocage au transfèrement des deux autres : Simone Gbagbo et Blé Goudé.

Blé Goudé, depuis son extradition du Ghana, était détenu au secret. Dans le courant du mois de mars, des photos montrant sa mauvaise condition de détention avaient été publiées par ses partisans. Cela a suscité beaucoup de débats. Du coup, le pouvoir qui a été mis à mal, s’est senti obligé de publier d’autres photos montrant que Blé Goudé était bien traité. Peu de jours après, ce prisonnier plutôt encombrant a été transféré à la Haye (Pays-Bas) siège de la Cour pénale internationale.

Sa première audience a eu lieu le 25 mars. Il s’en est servi comme tribune pour se positionner comme l’héritier de son mentor Gbagbo. Il sait que cela peut lui servir pour se positionner dans l’avenir.

Si Blé Goudé et Gbagbo se retrouvent aujourd’hui à La Haye, c’est surtout parce qu’ils ont perdu dans la confrontation face à leurs adversaires politiques que sont les Ouattara-Soro-Bédié. Si c’est pour les crimes commis, ce ne sont pas seulement eux qui devraient se retrouver à la CPI. Les Soro et autres chefs de guerre n’ont pas moins tué qu’eux.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2014 RSSNuméro 400 du Avril 2014   ?