UATCI
ÉLECTIONS MUNICIPALES EN FRANCE

LE PARTI SOCIALISTE PAIE LE PRIX DE SA POLITQUE ANTI-OUVRIÈRE

FRANCE

Un des faits le plus marquant du dernier scrutin municipale qui a eu lieu en France est le recul important des votes en faveur du PS de Hollande lors du premier tour ; c’est un désaveu flagrant de la politique anti-ouvrière et anti-populaire du gouvernement socialiste. Le taux d’abstention a été particulièrement important dans les bureaux de vote des quartiers populaires où d’habitude le PS obtient des scores plus importants.

Alors que depuis de nombreuses années, la crise économique frappe durement les classes populaires, alors que les travailleurs subissent les licenciements massifs, alors que le chômage s’aggrave, la politique de Hollande depuis qu’il a été élu à la présidence en 2012 n’est que la continuation de celle de son prédécesseur Sarkozy. Elle consiste surtout à faire des cadeaux aux capitalistes en aggravant encore plus les conditions d’existences des travailleurs. Les milliards d’euros donnés au patronat sous divers formes sont prélevés de la caisse de l’Etat, de nos impôts. Cela entraine la détérioration du service publique, c’est-à-dire la Sécurité sociale, des hôpitaux publics, de l’éducation nationale et de biens d’autres secteurs utiles à la population des quartiers populaires.

Un certain nombre d’électeurs des quartiers populaires ont cru qu’en donnant leurs votes au Front National, ils allaient donner un avertissement au Parti Socialiste. Mais en faisant cela ils n’ont fait que se tirer une balle dans le pied car le parti de Le Pen est un ennemi viscéral des travailleurs. Il veut diviser les travailleurs en faisant croire que s’il y a du chômage en France c’est à cause de la présence des travailleurs immigrés. Il désigne aussi l’immigration comme la cause principale de l’insécurité et de la violence, etc. Ce n’est que de la démagogie.

Les élections municipales ne sont qu’une péripétie dans la vie politique. Les travailleurs immigrés qui constituent une part importante de la classe ouvrière de ce pays en sont exclus malgré les promesses faites depuis trente ans par le PS. Ce parti a été plusieurs fois majoritaire au parlement pour voter la loi sur le droit de vote des étrangers dans les élections locales mais à chaque fois les dirigeants du PS l’ont reporté pour une date ultérieure. Seuls les ressortissants des pays membres de l’Union Européenne y sont autorisés.

Mais ce qui est important pour l’avenir c’est que les travailleurs, quelle que soient leur origine géographique, qu’ils aient le droit de vote ou pas, prennent conscience qu’ils font partie d’une même classe sociale ayant les mêmes intérêts et que ce qui compte pour l’avenir c’est leur volonté de lutter ensemble pour en finir avec le système capitaliste, le vrai responsable de la misère et du chômage.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2014 RSSNuméro 400 du Avril 2014   ?