UATCI

PRÉCARISATION DE L’EMPLOI : SEULES DES LUTTES DE GRANDE AMPLEUR PEUVENT INVERSER LA TENDANCE

CÔTE D’IVOIRE

La récente grève des travailleurs de Axe Temporaire, une entreprise de sous-traitance à Sotaci, pour des améliorations de leurs conditions salariales, l’amélioration des conditions de travail et pour leur embauche est révélateur d’une situation qui s’est généralisée depuis plusieurs années : la précarisation de l’emploi.

Dans la plupart des entreprises de la zone industrielle de Yopougon, de plus en plus de patrons, plutôt que d’embaucher directement, préfèrent recourir à des entreprises de placement de main d’œuvre. Même dans de grosses entreprises comme Nestlé, Cargill, Cemoi, Sonaco, etc, les patrons ne se gênent pas pour faire appel aux boites d’intérim. Dans celles qui emploient directement des travailleurs journaliers, il devient de plus en plus impossible de passer de ce statut à celui d’embauché. De sorte que nombreux sont les travailleurs qui sont journaliers depuis plusieurs années (souvent au-delà de 10 ans) sans pouvoir être embauchés.

Dans des entreprises telles que LGI, Olam, Darling, Ivograin, Gandhour…, il y a bien plus de travailleurs journaliers que d’embauchés. Les anciens qui partent à la retraite sont remplacés par des journaliers. Les emplois précaires, ce n’est pas une exception mais c’est devenu la règle.

Etre journalier ou contractuel, c’est vivre dans l’incertitude du lendemain. Avec un salaire au rabais, pas de retraite, pas de prise en charge en cas de maladie ou en cas d’accident de travail. Ces travailleurs sont corvéables à merci. Ils sont plus vulnérables à cause de leur situation précaire et la peur de perdre leur emploi.

La dernière vague d’embauches date de 1999 où après le coup d’état, les travailleurs, dans un élan de lutte, avaient réussi à imposer aux patrons des embauches. C’est par la pression de l’ensemble de la classe ouvrière que les patrons avaient cédé.

Aujourd’hui, pour faire reculer patronat et gouvernement sur cette question, la seule solution, c’est une grande mobilisation du monde du travail pour remettre les pendules à l’heure et leur interdire la journalisation de l’emploi.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSLe journal : le pouvoir aux travailleurs Côte d’Ivoire RSSCôte d’Ivoire, Numéros de l’année 2013 RSSNuméro 195 du 10 Novembre 2013   ?