UATCI
EDITORIAL

L’ÉTAT MALIEN POSSÈDE UNE ARMÉE À SON IMAGE

MALI

Dans le cadre d’une « mission européenne » dont le but serait de "former" l’armée malienne, 22 pays européens ont envoyé au Mali un contingent des 550 militaires instructeurs. Ils sont basés à Koulikoro, à environ 60 km de Bamako. Environ 3000 soldats maliens recevront une formation dans ce centre. Cette "mission" est sensée durer 15 mois, son coût est estimé à 12,3 millions d’euros. Le général français qui commande cette opération a expliqué que sa mission est de "remettre à niveau l’armée malienne" car elle est "déstructurée", "incapable de se projeter dans l’avenir" ... bref, que des mots gentils à l’égard de l’armée malienne qui, selon ce général, "s’est effondrée parce qu’elle souffre de vingt ans de sous-financements systématiques et de la méfiance du pouvoir politique". Pauvre armée malienne, en plus d’être "sous-financée", elle est mal aimée ! A croire ce général elle ferait même pitié ! Comble d’hypocrisie, il est prévu de donner à ces pauvres soldats des "cours de droit international humanitaire et sur la protection des civils".

Comme si le comportement de l’armée à l’égard de la population qu’elle maltraite et rançonne était lié au fait qu’elle n’a pas suivi des cours de droit ! Le capitaine Sanogo qui a fait le dernier putsch au Mali, a reçu une formation militaire "approfondie" aux États-Unis entre 2004 et 2010 où on lui a probablement enseigné des règles de droits, cela ne l’a pas empêché de renverser Amadou Toumani Touré, deux mois avant l’élection présidentielle prévue pour le 29 avril 2012.

L’Etat malien possède l’armée qu’il mérite et elle est à l’image de tout l’appareil d’Etat, c’est-à-dire, gangrénée par la corruption, le clientélisme et le népotisme. Elle est plus apte à terroriser et à rançonner (que ce soit au Nord ou au Sud) une population inorganisée et sans arme pour se défendre qu’à faire la guerre contre des groupes armées, surtout dans les zones désertiques du Nord. On connait en effet les "qualités" de cette armée qui s’est illustrée à Kidal, à Konna et ailleurs, en abandonnant armes et bagages dès les premières attaques du MNLA et des djihadistes. Si l’intervention de l’armée française n’avait pas eu lieu, personne ne sait où en serait l’armée malienne aujourd’hui.

Si cette armée est corrompue de la tête aux pieds, si elle ne sait que terroriser les petites gens sans défense, ce n’est pas à cause du fait qu’elle n’a pas été formée aux droits humains mais à cause de choses beaucoup plus profondes liées au sous-développement et au pillage capitaliste.

Si l’impérialisme français a décidé d’envoyer plus de 4000 soldats au Mali et tout un arsenal en engins et en matériels de guerres sophistiqués, ce n’est pas pour aider le gouvernement malien ni à le contraindre à devenir plus soucieux des droits humains dans ce pays mais d’abord pour défendre ses propres intérêts, c’est-à-dire, ceux de sa grande bourgeoisie qui exploite et qui pille les richesses naturelles dans cette région sahélienne.

Cette intervention militaire française a un coût estimé à près de trois millions d’euros par jour et elle n’est pas prête de prendre fin même si François Hollande a procédé tout dernièrement à un retrait partiel mais c’est purement symbolique. C’est destiné à faire croire à l’opinion publique française qu’il respecte son engagement du départ qui était de se retirer du Mali assez rapidement "dès le mois de mars".

Le coût de cette "opération Serval", ce sont les classes laborieuses de France qui vont le payer d’une manière ou d’une autre mais les bénéficiaires sont les trusts comme Aréva qui exploite les mines d’uranium au Niger dont les intérêts sont menacés par l’insécurité dans ce pays frontalier du Mali.

Le coût de cette guerre sera aussi supporté d’une manière ou d’une autre par l’ensemble des populations maliennes. Elles le payent déjà sous diverses formes : par le nombre de morts de civils innocents causés par les bombardements, par le nombre de réfugiés sans cesse en augmentation, par la cherté de la vie, au Nord comme au Sud, par l’insécurité qui règne sur une grande partie du territoire, par le délabrement et la désorganisation des infrastructures et des services publics utiles à la population, etc. Elle le paye ou le payera aussi par la haine semée entre les populations arabo-berbères du nord et celles du sud.

Personne ne connaît le nombre de morts causés directement ou indirectement par cette sale guerre, personne ne connaît avec exactitude le nombre de gens qui ont tout perdu et qui ont dû fuir le pays ou la région du Nord pour aller trouver refuge ailleurs. C’est tout cela qui constitue le coût humain de cette guerre.

Cette guerre est dépeinte par les dirigeants français et leurs protégés de Bamako comme un acte de libération des populations maliennes contre les "terroristes" mais la réalité est tout autre : c’est une guerre de l’impérialisme français pour sauvegarder sa zone d’influence dans ses anciennes colonies d’Afrique.

Les sommes importantes englouties dans les engins de mort et dans la formation de l’armée malienne auraient pu servir plutôt à former des enseignants, des ingénieurs agronomes, du personnel médical pour soigner les habitants et améliorer leurs conditions d’existence. Elles auraient pu servir à construire des routes bitumées, des ponts, à creuser des puits, à construire des écoles pour faire profiter à la population des bienfaits des connaissances techniques et scientifiques. Mais demander cela aux dirigeants impérialistes c’est comme demander à un bouc de produire du lait. Tout "socialistes" qu’ils se disent, les seules choses qui comptent pour eux, ce sont les intérêts égoïstes de leur bourgeoisie.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2013 RSSNuméro 391 du 14 avril 2013   ?