UATCI

LES POPULATIONS CRAIGNENT DES ATTENTATS TERRORISTES

TCHAD

Depuis l’envoi, par Idriss Deby, des troupes tchadiennes pour combattre au Mali les groupes armés islamistes (Aqmi, Mujao et An Sardine) aux côtés des soldats de l’impérialisme français, les populations tchadiennes, en particulier à Ndjaména, craignent pour leur vie. Celles-ci ont peur que des extrémistes islamistes, pour venger leurs chefs et autres combattants tués (Deby crie bien fort à qui veut l’entendre, que ce sont ses soldats qui ont tué les deux chefs d’Aqmi au Mali) ne s’attaquent à elles. Des Tchadiens pensent que ces extrémistes qui n’ont aucun respect pour la vie sont capables de tuer des innocents qui ne sont pour rien dans le conflit armé au Nord-Mali ; qu’ils peuvent, à Ndjaména par exemple, se faire sauter avec des bombes en plein marché du centre ou de Dembé, pour faire plus de victimes. Les agissements sanglants de ces extrémistes à Gao, Tombouctou ou Kidal montrent ce que leurs acolytes sont capables de faire au Tchad. Le fait que récemment un "clandoman" (personne qui utilise sa moto pour transporter des gens en guise de taxi) a livré aux forces de l’ordre un homme suspect parce que ne connaissant pas bien la ville de Ndjamena et ne sachant parler aucune des langues tchadiennes, a fait monter d’un cran le sentiment d’insécurité.

Ce climat d’inquiétude est pesant, à tel point que Deby s’est senti obligé de monter au créneau pour calmer les esprits. Dans une déclaration à l’hebdomadaire « Notre Temps », il a commencé d’abord par rendre hommage aux 13 soldats tombés sur le champ de bataille au Mali. Mais en réalité il faudrait multiplier ce chiffre par dix. Selon des rumeurs, les autorités militaires, pour enterrer les corps des soldats rapatriés, auraient commandé 80 cercueils à un menuisier de Dembé (un quartier populaire de Ndjamana) et 50 autres dans un autre quartier. Ce qui ferait 130 caisses. De plus un hebdomadaire de la place a même avancé un chiffre de 300 soldats tués au Mali. Il n’y a pas eu de démenti. Ensuite Idriss Deby a exhorté les Tchadiens à « plus de vigilance ». Enfin, par précaution, il a décidé de faire fermer 160 mosquées dans le pays. Parce que, selon lui, c’est dans ces endroits de culte que se retrouvent des djihadistes pour décider des actions terroristes.

Des gens disent que si des attentats terroristes éclatent un jour dans le pays, Deby aura sa part de responsabilité. Ils se demandent : « Qu’est-ce qu’il est allé chercher si loin, au Mali ? Même les dirigeants qui font partie de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest traînent les pieds pour aller éteindre le feu chez leur voisin le Mali ». Pourquoi cet empressement de Deby ? « L’argent du pétrole lui a tourné la tête » ou « il veut faire le grand chef comme Kadhafi », c’est ce que l’on entend dans les milieux populaires à Ndjamena.

A l’insécurité causée par des individus armés qui détroussent les gens la nuit tombée, profitant des coupures d’électricité dans des quartiers populaires ou parfois même en plein jour, s’ajoute aujourd’hui la crainte qu’éclatent d’un jour à l’autre des attentats terroristes. Et l’intervention de Deby pour calmer les esprits n’y peut rien.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2013 RSSNuméro 391 du 14 avril 2013   ?