UATCI

LES MULTINATIONALES SÈMENT LA MISÈRE ET BÉNÉFICIENT DU TRAVAIL DES ENFANTS

CÔTE D’IVOIRE

Le groupe Nestlé Côte d’Ivoire cherche à soigner son image et veut faire croire qu’il s’engage dans la lutte contre le travail des enfants dans la culture du cacao. A grand renfort de publicité, il a lancé un programme baptisé « plan cacao ». Dominique Ouattara, l’épouse du président, a été mise à contribution il y a quelques mois pour faire la promotion des « bonnes œuvres » financées par la multinationale, telle que la construction d’écoles dans les régions cacaoyères.

Dans le cadre de ce même plan qui est à sa 4ème édition, Nestlé vient de distribuer aux producteurs dans l’ouest du pays 30 000 plants de cacao et a annoncé la distribution prochaine de 100 000 plants résistants aux maladies.

La côte d’ivoire, premier producteur mondial de cacao, devrait voir sa production mondiale pour la prochaine saison baisser de 13% et cela inquiète les dirigeants de Nestlé pour leur chiffre d’affaire. La principale raison de cette baisse est à chercher dans la baisse du prix d’achat de cette matière première au niveau des petits producteurs qui finissent par abandonner petit à petit leurs plantations de cacao pour se lancer vers l’hévéa par exemple. Ils mènent une existence misérable car ils sont obligés de céder leur cacao à vil prix à des collecteurs et de multiples intermédiaires qui se sucrent au passage sur cette précieuse denrée. Mais à l’autre bout de la chaîne, elle fait la fortune des actionnaires des multinationales telle que Nestlé et ses semblables. Idem pour le café dont ce pays est grand producteur.

Des reportages télé montrent régulièrement le travail des enfants dans les plantations. Sur un ton moralisateur, les pouvoirs publics voudraient imputer cela aux parents qui se font aider dans les champs par leurs propres enfants. Vu les revenus misérables de ces familles, c’est à se demander comment elles pourraient s’en sortir sans l’aide de leur progéniture.

Les bénéfices que Nestlé réalise à travers le monde sont colossaux. Ce groupe finance quelques œuvres sociales qui lui coûtent une peccadille par rapport aux milliards qu’il soutire de l’exploitation du travail des paysans dans les campagnes et des travailleurs dans les usines de transformation.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2013 RSSNuméro 393 du 23 juin 2013   ?