UATCI

QUAND LES ANCIENS PARTISANS DE L’OPÉRATION SERVAL CRIENT LEUR HOSTILITÉ CONTRE HOLLANDE

MALI

Le 27 Novembre dernier, à l’initiative du "Collectif pour la défense de la souveraineté de l’Etat du Mali à Kidal", une manifestation rassemblant près d’un millier de personnes a eu lieu à Bamako pour dénoncer la politique de François Hollande dans la région de Kidal. Les marcheurs ont brandi des pancartes portant des slogans comme : « Non à la politique Française à Kidal », « A bas la politique française à Kidal », « Libérez Kidal », « le Mali est un et indivisible », etc. Ce que les manifestants ont crié tout haut, le gouvernement malien le pense tout bas. De plus en plus de dirigeants politiques, des cadres de l’armée, l’expriment avec un langage voilé car ils ne veulent pas froisser celui à qui ils avaient demandé de venir à leur secours, étant donné qu’ils ne pouvaient pas compter sur l’armée malienne, ni sur celle des pays voisins de la CEDEAO .

Un des dirigeants de cette marche explique la raison de la montée de l’hostilité à l’encontre de la politique de Hollande au Mali : « L’opération Serval menée par les troupes françaises en appui à l’armée malienne pour libérer les régions de Gao et Tombouctou a suscité une sympathie pro-française […] Au même moment, le MNLA entra aussi à Kidal avec armes et drogues grâce à l’accompagnement technique, diplomatique et médiatique de la France ». Il dénonce le cantonnement de l’armée malienne à Kidal « dans un périmètre équivalent à un terrain de football », sous le contrôle des militaires français et de la Minusma.

Ce sont ces mêmes gens qui avaient réclamé de toutes forces l’intervention des troupes françaises au Mali et qui avaient accueilli François Hollande comme un libérateur lors de sa visite à Tombouctou et à Bamako au lendemain de l’opération Serval. Ils criaient alors dans les rues de Bamako en donnant du "Merci papa Hollande !".

Aujourd’hui ils demandent à la France de "clarifier" sa politique à Kidal, et soupçonnent l’ancienne puissance coloniale de vouloir favoriser la suprématie du MNLA (Mouvement National de Libération de l’Azawad) dans la région de Kidal parce qu’elle aurait des "visées cachées" sur cette région et voudrait s’accaparer des richesses minières de son sous-sol, quitte à favoriser l’autonomie de l’Azawad. Les anciens applaudisseurs de l’intervention française voudraient que l’armée malienne puisse opérer librement à Kidal pour en finir avec le MNLA et que l’appareil d’Etat malien reprenne la main sur tout le Nord du Mali.

En effet, contrairement à ce que croyaient les partisans de l’opération Serval, l’ancienne puissance coloniale n’est pas venue au Mali pour "rétablir la démocratie et la souveraineté de l’Etat malien" mais uniquement pour sauvegarder les intérêts de sa bourgeoisie capitaliste dans cette zone sahélienne. Les velléités de l’Etat malien ne l’intéressent que dans la mesure où elles répondent d’abord à celles des grandes compagnies françaises qui continuent de piller les richesses dans les anciennes colonies d’Afrique. François Hollande n’est que le continuateur de la politique de tous ses prédécesseurs. Son étiquette de gauche ou de « socialiste » n’y change rien.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2014 RSSNuméro 397 du 07 Janvier 2014   ?