UATCI
Editorial

L’INTERVENTION FRANÇAISE NE FAIT QUE METTRE DE L’HUILE SUR LE FEU

CENTRAFRIQUE

Depuis l’arrivée de Djotodia au pouvoir (aidé par la France pour écarter l’ancien président Bozizé) la Centrafrique est entrée dans un cycle de violences infernal. La ville de Bangui est dans un véritable chaos. Les partisans de Bozizé et de Djotodia ont mobilisé et armé leurs miliciens, les uns dans la communauté chrétienne ou animiste, les autres dans celle des musulmans. Il y a eu des meurtres, des viols, des pillages de part et d’autre. On ne peut plus compter les morts car chaque jour apporte son lot de massacres.

C’est devant l’ampleur de ces massacres que l’ancienne puissance coloniale a décidé d’intervenir militairement en y envoyant un contingent supplémentaire pour renforcer celui déjà sur place depuis plusieurs dizaines d’années. Mais loin de mettre fin à ce cycle de violences, l’intervention des troupes françaises n’a fait que mettre de l’huile sur le feu. C’est le pyromane qui fait semblant de jouer au pompier.

Le 5 décembre dernier, le jour même de l’intervention militaire française, un pont aérien a été établi entre Bangui et Ndjaména pour évacuer dix mille Tchadiens victimes des représailles de la part des anti-balaka. Les populations tchadiennes de Bangui, ou des autres villes du pays ne sont pas les seules à fuir. Il y a aussi des Maliens, des Sénégalais ou des Nigérians, entre autres, dont les étals ou boutiques ont été pillés, tout comme ceux de la plupart des commerçants tchadiens. Des groupes de pillards, certains munis de machettes, forcent les portes des commerces, et raflent tout ce qu’ils peuvent, dans leurs bras ou dans des sacs de fortune.

A ce jour, on compte plus 160.000 personnes, hommes, femmes et enfants qui ont fui PK 1 et PK 5, quartiers des Tchadiens, pour la plupart des commerçants de confession musulmane, pour se réfugier dans un terrain, près de l’aéroport de Bangui M’poko, non loin du lieu où s’est établi le contingent des troupes françaises. Les réfugiés de ce camp crèvent littéralement de faim, de soif, de manque de soin devant l’indifférence de l’armée française qui ne leur accorde même pas une simple assistance.

Une certaine presse, reprend et propage les mensonges des dirigeants français selon lesquels les soldats français, "instruits et disciplinés", sont envoyés à Bangui pour séparer des bandes de « sauvages » qui s’entretuent à coups de « balakas » (machettes). Mais la mission des soldats français n’est pas de rétablir la paix en Centrafrique, loin de là. C’est d’abord de veiller sur les intérêts des capitalistes français, comme Areva qui exploite l’uranium au nord de du pays. Il y en a d’autres qui sont dans le bois précieux ou dans le diamant.

En intervenant en Centrafrique et récemment au Mali, la France tient coûte que coûte à garder dans sa zone d’influence ses anciennes colonies. Son objectif est de s’y maintenir pour continuer à y exercer son influence et surtout, pour continuer d’exploiter les ressources naturelles et les populations.

Troupes françaises hors d’Afrique !


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2014 RSSNuméro 397 du 07 Janvier 2014   ?