UATCI

LE PILLAGE DE LA MERET LA COMPLICITÉ DES POUVOIRS LOCAUX

SÉNÉGAL

L’arraisonnement d’un chalutier russe pêchant illégalement au large des côtes sénégalaises, le 4 janvier dernier, a été une occasion pour le gouvernement sénégalais de faire tout un battage médiatique sur sa prétendue volonté de mettre fin au pillage des ressources halieutiques du pays.

Ce n’est un secret pour personne que les côtes sénégalaises et mauritaniennes sont très riches en poissons et que depuis plusieurs décennies leurs ressources maritimes sont littéralement pillées par toute une flottille de pêche venant du monde entier.

La plupart des armateurs bénéficient d’une licence de pêche obtenue auprès des autorités en échange de bakchichs offerts à des personnes hautplacées ou à des intermédiaires qui se chargent de soudoyer la ou les bonnes personnes.

Le niveau de pillage des côtes sénégalaises est tel que les petits pêcheurs sénégalais ont de plus en plus de mal à trouver des bancs de poissons avec leur petites embarcations. Ils sont obligés d’aller de plus en plus loin, par conséquent de courir toujours plus de risques de chavirer à cause de la houle. Les accidents de pêche sont de plus en plus fréquents tandis que le prix du poisson sur le marché local est en constante augmentation. Les petites gens ne peuvent plus acheter du poisson pour leur "thieboudienne".

Cette raréfaction et ce renchérissement du prix du poisson sur le marché local a été constaté depuis les années 1990 et la situation n’a fait que s’aggraver.

Lorsque qu’Abdoulaye Wade est arrivé au pouvoir en 2000, il a fait beaucoup de cinéma sur la corruption qui régnait autour de l’attribution des licences de pêche et avait promis d’y mettre fin. Il a effectivement mis fin aux activités de quelques intermédiaires proches de l’ancien pouvoir de Diouf, mais en réalité il n’a fait que remplacer les anciens margoulins par de nouveaux venus de son camp.

Depuis que MackySall est arrivé au pouvoir, en 2012, il a entonné la même chanson en accusant le pouvoir de Wade d’avoir favorisé la pratique de la pêche illicite. Mais personne n’a oublié que Macky lui-même fut un proche de Wade ; il a occupé le poste de ministre puis de Premier ministre sous Wade et à ce titre il fait partie de la liste de ceux qui se sont bien remplis les poches.

C’est tout à fait hypocritement que le nouveau ministre de la pêche de MackySall a fait semblant de découvrir que "le Sénégal accuse un manque à gagner de 150 milliards de F CFA [environ 229 millions d’euros] par an à cause de la pêche illégale". A la suite de quoi il a annoncé qu’il allait renforcer la législation pour punir plus sévèrement les contrevenants.

Les nouvelles autorités vont faire semblant de faire le ménage dans l’administration chargée de la pêche ainsi que dans les organismes chargés de la surveillance des chalutiers au large des côtes. Elles vont arrêter peut-être quelques brebis galeuses et surtout enlever des mains de l’ancien clan la manne des activités de la pêche pour les céder aux proches du nouveau pouvoir. Quelques-uns vont être poursuivis en justice pour faire croire à la population qu’il n’y aura plus de passe-droit et de bakchichs. Mais dans le fond rien ne changera en dehors de quelques noms qui seront remplacés par d’autres. A chaque "alternance" cela s’est passé ainsi.

La population, elle, continuera de souffrir de la cherté du poisson sur le marché local et de la cherté de la vie en général, car le pouvoir de Macky n’est que la continuation des pouvoirs précédents, exclusivement au service des classes possédantes et soucieux avant tout de faire main basse sur les caisses de l’Etat.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2014 RSSNuméro 398 du 02 Février 2014   ?