UATCI

PRATIQUES BARBARES ET TRAFIC D’ÊTRES HUMAINS

SÉNÉGAL

Des gendarmes enquêtant sur un banal vol de scooter dans un quartier de Dakar, ont découvert un centre de séquestration, de maltraitance et de trafics d’êtres humains. En poursuivant leur investigation, ils ont découvert d’autres bâtiments sinistres du même type dans d’autres quartiers. C’est ainsi qu’entre le 26 et le 28 novembre 2020, 353 personnes, dont des mineurs filles et garçons, ont été libérées selon la gendarmerie. Ces personnes ont affirmé qu’elles ont été séquestrées et maltraitées. Certaines ont subi des actes de torture et portaient des cicatrices sur le corps.

Les gendarmes ont arrêté une quarantaine de personnes appartenant à ce vaste réseau de malfaiteurs et ont découvert qu’elles agissaient sous les ordres d’un haut dignitaire de la confrérie des mourides, Serigne Modou Kara Mbacké. À quoi servaient ces centres de séquestration ? À quel genre de trafic d’êtres humains se livrait ce marabout ? Cette affaire étalée au grand jour embarrasse autant l’ensemble des dirigeants de Touba, haut lieu du mouridisme, que le président sénégalais Macky Sall, leur fidèle allié. C’est Macky Sall en personne qui a accueilli quelques mois plus tôt ce marabout mafieux ainsi que d’autres personnalités au palais présidentiel.

Certain médias se sont emparés de ce scandale et cela a fait le tour des réseaux sociaux, les commentaires vont bon train. Certains dénoncent les pratiques mafieuses dans les hautes sphères du mouridisme et la complicité des autorités politiques, cela ne date pas d’aujourd’hui. Beaucoup pensent que le gouvernement va tenter d’étouffer l’affaire en arrêtant quelques lampistes. En tout cas, le marabout Kara Mbacké est toujours en liberté et n’a fait l’objet d’aucune poursuite judiciaire.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2020 RSSNuméro 470 du 6 décembre 2020   ?