UATCI

UNE INTIMIDATION CONTRE CEUX QUI DÉNONCENT LA CORRUPTION AU SOMMET DE L’ÉTAT

MALI

Alors que les corrompus du régime ont pignon sur rue et continuent de piller allègrement les caisses de l’État, le gouvernement malien tente de bâillonner ceux qui dénoncent cette corruption et dévoilent quelques affaires mettant en causes certaines personnalités proches du régime.

C’est ainsi que Clément Dembélé, président de la Plateforme contre la corruption et le chômage (PCC), ex-candidat à la présidentielle de 2018, a été enlevé en pleine rue le 9 mai dernier par les sbires du service de Sécurité de l’État pour être interrogé sur sa soi-disant implication dans une tentative de coup d’État contre le président malien. Il a aussi été interrogé sur les enquêtes que son organisation a menées sur l’acquisition douteuse de certaines propriétés immobilières dans les beaux quartiers de Bamako et sur d’importants dossiers qu’il a constitués sur des ministres et des personnalités proches du président. Il s’agirait de commissions pour l’achat de l’avion présidentiel et d’équipement militaire pour un total de surfacturation de 29,5 milliards de francs CFA [quelque 44,5 millions d’euros].

Après 14 jours de détention, Clément Dembélé a été mis en liberté provisoire en attendant son procès au tribunal prévu pour le début du mois de juillet. Il sera poursuivi selon lui pour « appel à la désobéissance civile, atteinte à la sûreté de l’État, cybercriminalité et utilisation abusive des réseaux sociaux ». Voilà comment le gouvernement traite ceux qui ont le courage de mettre leur nez dans certaines affaires d’illicites.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2020 RSSNuméro 466 du.. mai 2020 RSS534 Numéro 466 du 31 mai 2020   ?