UATCI

TRANSPORTS EN COMMUN : CE N’EST PAS RASSURANT !

CÔTE D’IVOIRE

À Grand-Bassam, quatre chauffeurs ont été interdits de rouler pendant trois mois sur toute l’étendue du territoire parce qu’ils ne portaient pas de masques et ne respectaient pas le nombre de passagers requis. Une autre fois, sur l’autoroute, en allant à Port-Bouët, ce sont les passagers en surplus ou sans cache-nez, qui ont été obligés de descendre des véhicules en commun.

Le gouvernement a décidé que le nombre de passagers soit réduit dans les transports publics et le port du masque obligatoire. La réalité est tout autre. Les passagers sont souvent côte à côte et sans cache-nez et quand l’un se plaint, on lui répond qu’il peut descendre. N’ayant pas le choix, il reste.

Les transports en commun sont un vecteur important de propagation du virus. Distribuer gratuitement des cache-nez à toute la population, c’est possible. Réduire le nombre de passagers, préconiser le masque, c’est bien. Encore faut-il que les autorités appliquent réellement ces mesures avant que ce ne soit trop tard.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméro de l’année 2020 RSS535 Numéro 465 du 25 avril 2020   ?