UATCI

ÉCOLES FERMÉES, ENSEIGNANTS ENLEVÉS ET AGRESSÉS

MALI

Depuis que les attaques ont commencé, plusieurs centaines d’écoles publiques ont dû fermer les portes, notamment dans la région du Centre, à cause de l’insécurité croissante qui y règne. Plusieurs enseignants ont été enlevés récemment par des miliciens islamistes qui leur reprochent d’enseigner autre chose que le Coran.

Les enseignants n’osent même plus prendre leur mobylette pour aller toucher leur solde dans les banques situées loin de leur école car ils se font attaquer sur le chemin. Ils ont fait des grèves pour réclamer des mesures de protection. Mais face à une armée qui n’est même pas capable d’assurer la sécurité de ses propres casernes, il ne faut pas attendre qu’elle se précipite pour protéger les écoles. L’État malien a donc tout simplement abandonné les écoles publiques dans cette région.

Les gouverneurs de régions comme les hauts dignitaires de l’administration civile ne mettent même plus les pieds dans certaines localités. Cela ne les empêche pas de reprocher aux enseignants de se mettre en grève pour demander plus de protection.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2019 RSS539 Numéro 461 du 23 novembre 2019   ?