UATCI

RISQUES DE GUERRE CIVILE

ÉTHIOPIE

L’Éthiopie, 110 millions d’habitants, est constituée de dizaines d’ethnies dont les plus importantes sont les Oromo (40%), les Amharas (32%) et les Tigréens (6%). Malgré cette diversité, les populations ont réussi à vivre ensemble sans trop de heurts. Très longtemps, les classes dirigeantes ont été des Amharas.

Ce n’est que depuis 1995, avec le gouvernement Tigréen de Meles Zenawi, que le pays est subdivisé en régions ethniques (« les régions-États »). Il a instauré l’obligation de mentionner le nom de l’ethnie sur la carte d’identité, introduisant un poison dans la vie politique et sociale.

Son Premier ministre, Abiy Ahmed, vient de recevoir le prix Nobel de la paix pour avoir mis fin à la guerre entre l’Érythrée et l’Éthiopie.

Mais depuis le 25 octobre 2019, dans les grandes villes d’Oromia, des manifestations se sont produites contre Abiy Ahmed. Plus de soixante personnes ont été tuées par l’attaque de jeunes Oromo de la campagne, appelés Qeerroo, et qui sont en fait des milices payées par Jawar Mohammed. Ce dernier est un dirigeant Oromo, opposé à la politique du Premier ministre, Oromo comme lui.

Ces deux hommes étaient alliés après la démission de Dessalegn, le précédant dirigeant. Jawar possède une chaîne de télévision, Oromia Media Network (OMN), installée aux États-Unis. Il a accusé les forces de l’ordre d’avoir organisé une attaque contre sa personne. Il a déclaré que « la police a voulu nous tester, je pense qu’ils ont eu la réponse qui convenait. Nous leur avons montré qu’il était impossible de nous intimider ».

Cela a déclenché un face à face tendu entre les forces de l’ordre et ses milices Qeerroo.

Dans les grandes villes d’Oromia, les affrontements ont provoqué des morts à coups de bâtons et de machettes. Des maisons et des églises ont été incendiées. Les victimes ont été choisies dans l’ethnie Amhara, en majorité chrétienne. Il y a eu plusieurs dizaines de morts. Même une usine a été attaquée et dévalisée.

Les agissements des Qeerroo ont bloqué les portes d’accès de la capitale, Addis Abeba. C’est une ville cosmopolite où résident toutes les ethnies. Les Oromo la considèrent comme la leur. Le blocage a empêché la circulation des personnes et des marchandises. Pendant plus d’une semaine la ville d’Addis a été isolée, entrainant le ralentissement des échanges commerciaux.

Une certaine inquiétude, doublée d’un mécontentement règnent depuis au sein de la population de la ville. D’autant plus que le Premier ministre s’est illustré par son silence. Certains disent même qu’ils ne vont pas attendre qu’on les égorge sans rien faire.

Au sein du gouvernement, des ministres manifestent leur désaccord avec leur Premier ministre Abiy. C’est alors que ce dernier a fait des déclarations pour prôner le calme et l’entente entre tous. Les chefs religieux chrétiens comme musulmans se sont mis à calmer les esprits à la radio et à la télévision. Tous disent qu’il faut vivre dans l’entente et la fraternité.

Si l’opposant Jawar Mohammed a utilisé les Qeerroo pour perturber la situation dans le pays, c’est qu’il a l’intention de participer aux élections parlementaires qui auront lieu au mois de mai prochain. Il a déclaré qu’il se présenterait.

Jusqu’à maintenant les agissements des milices de Jawar ne se sont pas arrêtés. Tout le monde appelle au calme. En même temps Abiy fait circuler l’armée et la police dans les rues d’Addis Abeba sous prétexte de protéger les ministères, les ambassades et les organismes internationaux. Tant bien que mal, la vie économique continue et l’inquiétude est toujours présente.

La classe ouvrière de ce pays est multiethnique à l’image de sa population. Elle pourrait faire de cette diversité ethnique un avantage si elle était organisée politiquement en tant que classe sociale exploitée, s’adressant à l’ensemble des exploités. Elle a comme ennemie, non pas telle ou telle ethnie mais la classe des exploiteurs. C’est la seule manière de ne pas se laisser entraîner dans le piège de l’ethnisme, du régionalisme ou du nationalisme qui sont autant d’impasse sanglante pour l’ensemble des opprimés.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2019 RSS539 Numéro 461 du 23 novembre 2019   ?