UATCI

DES HABITANTS EN COLÈRE MANIFESTENT CONTRE LE MAUVAIS ÉTAT DES ROUTES

MALI

Sous la direction du Collectif “Sirako” (« Ce qui concerne la route » en bambara), des manifestations de protestation contre le mauvais état des routes ont commencé le 23 août à Kayes. Des centaines d’habitants ont installé des barrages sur le principal pont de la ville sur le fleuve Sénégal, interrompant le trafic, notamment des camions en provenance du Sénégal et de Mauritanie.

De même des barrages ont également été installés de l’autre côté de l’axe Kayes-Bamako, au niveau du péage de Kati, à une vingtaine de kilomètres au nord-ouest de la capitale. Environ 1.700 camions étaient bloqués depuis des jours. À Kayes également, de nombreux camions bloqués attendaient de partir pour Bamako

Devant cette mobilisation des habitants, le ministre des Transports et de la Mobilité urbaine, Ibrahima Abdoul Ly, s’est précipité à Kati le 27 août pour signer un accord avec le Collectif “Sirako”. L’un des membres de cette association a déclaré : "Oui, nous avons trouvé un accord avec le gouvernement. Les travaux de la RN3 (le premier tronçon de la route nationale menant à Kayes) vont démarrer dans trois semaines. Nous resterons cependant très vigilants”.

Mais le mouvement s’est propagé dans d’autres villes et régions du Mali. Le 9 septembre dernier à Bandiagara (centre) et au nord du Mali, des manifestations se sont déroulées pour protester contre l’insécurité et réclamer la construction de routes afin de désenclaver ces régions en proie aux violences intercommunautaires et aux attaques djihadistes.

À Tombouctou, des manifestants ont empêché l’accès à l’aéroport. Le bateau qui effectue la liaison avec Mopti (centre), principale voie d’accès vers Bamako en raison de l’insécurité sur les routes, a été bloqué. Banques et services administratifs sont restés fermés. Le Collectif réclame entre autres revendications, la réhabilitation et la sécurisation de la route menant à Bamako.

Le ministre du Dialogue social, Hamadou Dicko, est sorti de son cocon pour déclarer que « le gouvernement n’a pas les moyens de faire face à toutes les revendications de construction ». Quant à son collègue et porte-parole du gouvernement, Yaya Sangaré, il a essayé de calmer la colère des habitants en indiquant que les travaux de la route de Bamako reprendraient en décembre, « dès que les mesures de sécurité seront assurées par les FAMA » (forces armées).

Peut-on croire en la parole de ce ministre ? En tout cas tout le monde sait que les forces armées maliennes sont surtout plus aptes à rançonner les populations dans les villes, les marchés, sur les routes ou les points de contrôle de passages de véhicules qu’à faire la guerre aux djihadistes.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2019 RSS541 Numéro 459 du 22 septembre 2019   ?