UATCI

INTERDICTION DES JEUX DE HASARD :QUAND ON VEUT NOYER SON CHIEN, ON L’ACCUSE DE RAGE

LEUR SOCIÉTÉ

Le gouvernement a pris la décision d’interdire les jeux de hasard illégaux et clandestins comme le loto ghanéen, car pour lui ce serait « un terreau favorable à la réalisation d’activités criminelles telles que le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme ». Il ajoute que cela protégera « la population, notamment les mineurs et les personnes vulnérables contre l’addiction aux jeux ».

Il ne faut pas être devin pour savoir que si l’État veut interdire ces jeux de hasard qui se propagent dans les quartiers pauvres, c’est parce qu’ils font une concurrence à la société nationale qui est la LONACI censée avoir le monopole des jeux en Côte d’Ivoire. Ce sont tous ces milliards qui lui échappent qui le font courir ! Sa prétendue lutte contre le crime et l’addiction au jeu ne sont que des prétextes !

D’ailleurs, si ces jeux dont la mise commence à 25 F gagnent autant de terrain, c’est à cause de la misère. En effet, une partie de la population peine à joindre les deux bouts ; la majorité des jeunes sont sans emploi ; la perspective d’un petit gain peut pousser certains vers les jeux.

Quant à l’addiction que le gouvernement prétend combattre, ce n’est que du pipeau. La vérité c’est qu’il voudrait bien que les joueurs soient accrocs aux jeux mais uniquement à ceux qui lui rapportent de l’argent. Sinon, pourquoi fait-il de la pub pour promouvoir ceux de la LONACI ?


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSLe journal : le pouvoir aux travailleurs Côte d’Ivoire RSSCôte d’Ivoire, Numéros de l’année 2019 RSSN°257 du 20 juillet 2019   ?