UATCI

DES JEUNES EN COLÈRE MANIFESTENT LEUR MÉCONTENTEMENT

TCHAD

Le 7 mai dernier, à la suite d’une banale dispute entre jeunes à Moursal, un des quartiers populaires de Ndjaména, l’un d’eux a été interpellé par la police et conduit au commissariat du 6ème arrondissement. Relâché, ce jeune s’écroule de douleur à quelques mètres de là.

Ayant appris ce qui est arrivé à leur camarade, des jeunes se sont rendus à ce commissariat et ont obligé la police à transporter leur camarade à l’hôpital. Une semaine plus tard la victime décède. Les jeunes de ce quartier, en colère, ont alors immédiatement accusé les policiers d’avoir torturé à mort leur camarade. Armés de couteaux et de machettes, ils ont attaqué par deux fois, le commissariat en question. Il a fallu l’intervention importante d’autres forces de l’ordre pour rétablir la situation.

Dans les commissariats des quartiers populaires, les bavures policières sont monnaie courante et les auteurs de ces actes barbares ne sont ni poursuivis, ni inquiétés. Mais cette fois, les jeunes de Moursal ont réagi, et ils ont raison.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2019 RSSNuméro 456 du 26 mai 2019   ?