UATCI

IL Y A 60 ANS SÉKOU TOURÉ DISAIT « NON » À DE GAULLE

GUINÉE

Un vent anticolonialiste soufflait un peu partout en Asie et en Afrique après la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Dans les colonies françaises d’Afrique de nombreuses révoltes éclataient : de l’Algérie à Madagascar en passant par le Sénégal où l’on assista à une rébellion des tirailleurs démobilisés dans le camp de Thiaroye ainsi qu’à une longue grève des cheminots du « Dakar-Niger ». Cette grève dura 160 jours et paralysa le chemin de fer, mettant à rude épreuve les intérêts du colonialisme français dans la région. Elle eut aussi des répercussions dans les pays voisins.

Sentant que la forme coloniale de sa domination sur les peuples n’allait plus être tenable, l’impérialisme français commença à lâcher du lest en assouplissant un petit peu sa manière d’administrer ses colonies, en y ajoutant un peu d’huile dans les rouages. C’est ainsi que la première Constituante française, en 1945-1946, abolit l’« indigénat » ; On commença à gommer des termes comme « sujets » de l’Empire, réservés aux peuples colonisés, à accorder la nationalité française à une minorité d’africains. Dans la nouvelle constitution, l’expression « Empire coloniale » fut remplacée par celle de l’« Union française ». L’objectif était de changer la forme pour mieux conserver le fond.

Petit à petit on commença à former des cadres africains pour les préparer à une autonomie plus grande. C’est ainsi que le 28 septembre 1958 De Gaulle organisa une sorte de référendum-plébiscite pour demander aux africains de choisir entre l’appartenance à la « Communauté » ou en sortir « avec toutes ses conséquences ».

Les dirigeants fidèles à l’impérialisme français tels que Houphouët Boigny, Senghor et bien d’autres choisirent de rester dans le giron français. Seul Sékou Touré appela à voter « non ». Il fut suivi, par une grande majorité de votants dans son pays puisque plus de 1,3 millions de guinéens choisirent le « Non » contre moins de 57.000 pour le « Oui ».

C’est ainsi que la Guinée de Sékou Touré accéda à l’indépendance dès le 2 Octobre 1958. Environ deux ans après, l’indépendance sera accordée à l’ensemble des colonies françaises d’Afrique. Cependant, le « Non » de Sékou Touré ainsi que son langage sur la dignité africaine face à De Gaulle lui permirent d’avoir une popularité et une notoriété d’anticolonialiste qui dépassa largement la frontière de la Guinée. Il accueillit sur son territoire des militants noirs américains qui se battaient contre la ségrégation raciale aux États-Unis, des militants anti-apartheid ou des nationalistes Bissau-Guinéens sous domination portugaise.

Mais pour le peuple guinéen, le régime que Sékou Touré installa n’a jamais été autre chose qu’une dictature féroce. Les grèves des enseignants furent réprimées dans le sang, les opposants et les meneurs furent emprisonnés dans le tristement célèbre camp Boiro. Assassinats, viols, tortures, emprisonnements et exils forcés firent plusieurs dizaines de milliers de victimes jusqu’à la fin de son régime, à sa mort en 1984.

La dictature n’était pas la spécificité du seul régime de Sékou Touré. Dès le lendemain de la décolonisation, ce fut partout le règne du parti unique et de l’absolutisme. Le multipartisme ne fut instauré un peu partout que dans les années 1990, mais cela n’a été qu’un simple ravalement de façade pour faire croire qu’à partir de là c’est la « démocratie » qui a été instaurée.

Pour l’écrasante majorité de la population, pour les travailleurs et la petite paysannerie, il n’y a eu ni démocratie ni progrès social. Le « Soleil des indépendances » n’a jamais brillé pour eux mais seulement pour une minorité de parasites locaux, principalement les dirigeants des appareils d’États nouvellement indépendants. Ils se sont engraissés en jouant le rôle de serviteurs locaux de l’impérialisme français qui continua à piller les richesses de ses anciennes colonies et d’exploiter les travailleurs.

Les véritables changements qui permettront à la grande majorité des populations d’accéder à une vie digne et décente ne proviendront que de la volonté et de la capacité des exploités eux-mêmes de s’organiser et de mener des luttes mettant en avant leurs intérêts spécifiques de classe exploitée et opprimée. Dans cette lutte, les travailleurs auront à se méfier des politiciens qui n’hésiteront pas à vouloir chapeauter leurs luttes pour les mener vers des objectifs qui se révèleront être des impasses sanglantes pour l’ensemble des classes pauvres.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2018 RSSNuméro 449 du 28 Octobre 2018   ?