UATCI

À NOUVEAU L’ ÉTAT D’URGENCE DANS LE PAYS

ÉTHIOPIE

Le premier ministre Hailemariam Desalegn a démissionné de son poste le 17 février 2018 et a aussi rendu sa casquette de président de la coalition au pouvoir. En effet la coalition regroupe le parti tigréen de l’ancien Premier ministre Meles Zenawi, le Front Populaire de Libération du Tigré (FPLT) et le Front Démocratique Révolutionnaire des Peuples Éthiopiens (FDRPE).

Depuis le mois de janvier dernier, la population montre son mécontentement par diverses manifestations dans la capitale, Addis-Abeba, et dans les régions Oromo et Amhara. Le pouvoir se sent acculé par l’atmosphère de révolte au sein de la population. Ces derniers temps le mécontentement se manifeste par la grogne de la population d’Addis Abeba et des grandes villes. Il a fallu des mesures pour calmer la situation. Le premier ministre a promis la libération des journalistes, des blogueurs critiques, emprisonnés depuis plusieurs années, ainsi que des dirigeants et militants divers. Pour commencer, il a libéré les hommes politiques ou journalistes les plus populaires comme Andualem Arage et Eskinder Nega, qui étaient condamnés, depuis 2012 l’un à perpétuité et l’autre, à 18 ans de prison. Selon les médias, il y aurait aussi plusieurs milliers de libérés dont un millier est considéré comme coupable de soulèvements armés. Il est probable que bien d’autres soient encore restés en prison.

Les dirigeants au pouvoir ont de nouveau déclaré l’ d’urgence pour six mois, ce qui laisse penser qu’il y a une véritable instabilité gouvernementale. La coalition ne se sent pas capable de maintenir le calme dans le pays.

Déjà au cours de la période octobre 2016 à août 2017, le pays a été secoué par une crise politique profonde jamais vue depuis vingt-cinq ans. Dans les régions Oromo et Amhara les populations se sont soulevées parce qu’elles considéraient qu’elles n’étaient pas représentées au sein des instances dirigeantes. Elles constituent 60% de la population alors que les Tigréens ne sont que 7%. Les dirigeants oromos et amharas veulent « une place équitable au sein de l’appareil d’ ». Ils veulent un régime « plus démocratique » disent-ils, mais pour faire la même politique contre les travailleurs.

La situation est telle que l’impérialisme américain s’est senti obligé d’intervenir auprès des dirigeants éthiopiens pour qu’ils calment l’atmosphère et accordent les libertés démocratiques dans le pays. L’impérialisme espère le retour à un calme relatif dans le pays parce que l’Éthiopie représente un allié important en Afrique de l’Est. Elle a une force armée pour lutter contre les djihadistes venant de Somalie. D’ailleurs c’est pour cela que les USA ne lésinent pas et lui accordent facilement des aides financières régulières.

Même si les médias considèrent le pays, parmi ceux d’Afrique, comme celui qui progresse le plus économiquement, il n’en demeure pas moins que la population souffre du chômage et de l’augmentation des prix des denrées alimentaires.

Pour le moment, les salariés, les ouvriers et les paysans pauvres ne se sont pas manifestés. Mais le jour où ils descendront dans les rues, on peut dire que tous les dirigeants de ce pays ne feront pas long feu.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2018 RSSNuméro 442 du 4 Mars 2018   ?