UATCI

30 ANS APRÈS L’ASSASSINAT DE THOMAS SANKARA

HISTOIRE

Le 15 octobre 1987, Thomas Sankara a été assassiné par des soldats de sa propre troupe. Sa disparition fut considérée comme une grande perte par nombre de gens dans le pays et même au-delà car c’était un homme qui avait la réputation d’être intègre et de vouloir effectuer un certain nombre de changements en faveur de son peuple en s’appuyant sur l’armée.

Il est arrivé au pouvoir par un coup d’État, le 4 août 1983 en compagnie de Blaise Compaoré mais auparavant il a déjà participé au pouvoir en tant que Secrétaire d’État à l’Information en 1981 dans le gouvernement Saye Zerbo puis en tant que Premier ministre de Jean-Baptiste Ouedraogo avant de renverser ce dernier. Il avait déjà une certaine popularité.

Une fois au sommet du pouvoir, il commença par changer le nom du pays, la Haute Volta deviendra Burkina Faso. Il obligea par exemple ses ministres à se débarrasser de leurs Mercedes et à circuler en Renault 5, véhicule modeste qui n’était pas habituellement du goût des hommes de pouvoir et des riches en général. Il imposa aussi par décret le port du Faso Dani (une étoffe en cotonnade fabriquée par des tisserands burkinabé et avec du coton cultivé localement) aux fonctionnaires.

Sankara se disait révolutionnaire, et partisan de l’égalité entre tous les hommes. Il promulgua l’abolition des chefs traditionnels, interdit la polygamie et encouragea les femmes à dénoncer les maris qui les battaient. Il voulait que le Burkina devienne un pays auto-suffisant et s’oriente vers une agriculture liée au besoin de la population et non aux désirs des impérialistes.

Pour appliquer les directives venant du sommet du pouvoir, il créa le CDR (le Comité de Défense de la Révolution). Celui-ci agissait comme une milice et n’hésitait pas à utiliser l’intimidation et la violence pour imposer la volonté du nouveau pouvoir à la population. Les syndicats qui ne se soumettaient pas à l’État étaient réprimés. Ce fut le cas des enseignants et des étudiants qui furent arrêtés pour avoir fait des grèves revendiquant de meilleurs salaires ou de meilleures conditions de travail et d’étude. 2 000 enseignants furent licenciés pour fait de grève en mars 1984. L’opposition fut bâillonnée au nom de la lutte contre l’impérialisme.

Sankara dénonçait les dirigeants du monde capitaliste et leurs valets africains. Il s’est illustré par son langage et par son comportement atypique lors de ses rencontres avec Mitterrand ou lors des sommets de l’ONU ou de L’OUA. Ses discours anti colonialistes et anti impérialistes lui valurent une certaine popularité auprès d’une frange de la jeunesse, y compris dans les autres pays africains.

Il est évident que l’impérialisme français ne pouvait tolérer longtemps qu’un dirigeant d’un pays de son pré carré africain échappe à son contrôle et capte une certaine sympathie auprès des populations africaines. Sankara devint l’homme gênant et fut assassiné quatre années après sa prise de pouvoir. Il fut remplacé par son compagnon de route Blaise Compaoré.

Officiellement on ne connait pas les véritables commanditaires de l’assassinat de Sankara mais tout porte à croire que Jacques Foccart, l’homme de la Françafrique, habitué à fomenter des coups d’États dans les anciennes colonies françaises d’Afrique n’est pas étranger à cet assassinat, avec la complicité du président ivoirien Houphouët Boigny et de Blaise Compaoré.

Après la chute de Compaoré, en octobre 2014, le nouveau gouvernement a ouvert une enquête sur la mort de Sankara, mais tant que l’enquête mettra en cause l’impérialisme français et ses sales méthodes dans les anciennes colonies d’Afrique il faut s’attendre à ce que le silence dure longtemps.

La popularité du régime de Sankara ne fut cependant pas aussi importante que le prétendent ses partisans qui l’ont érigé en « héros de l’Afrique ». Et le fait que son assassinat ne provoqua pas un soulèvement de protestation et d’indignation à la hauteur de sa popularité présumé auprès de la population burkinabé en dit long et ne s’explique pas seulement par la dictature de Blaise Compaoré. C’est aussi une illustration par la négative du type de pouvoir instauré par Sankara : tout vient du sommet de l’État et doit être imposé sans discussion à l’ensemble de la population. Il se voulait progressiste mais son régime ne fut pas moins dictatorial.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2017 RSSNuméro 438 du 23 Octobre 2017   ?