UATCI

LE MÉCONTENTEMENT DE LA POPULATION GRONDE

ÉTHIOPIE

Depuis juillet-août, la population pauvre des villes d’Éthiopie n’est pas contente. Le gouvernement prend des mesures à l’encontre des petites gens des villes et de la campagne. L’une des premières mesures est l’augmentation des prix des produits de première nécessité. Cela touche tout le monde.

L’Éthiopie, comme la plupart des pays d’Afrique de l’Est a été touchée par la sécheresse. Les populations ont souffert. Bien sûr, ce n’est pas le seul pays d’Afrique où la population souffre de sous-alimentation. Mais cette augmentation des prix pénalise les plus pauvres.

Cela ne suffit pas, le gouvernement s’attaque aussi aux petits commerçants dans toutes les grandes villes. Les autorités déclarent qu’elles ont du mal à estimer le chiffre d’affaires journalier des boutiquiers. Elles considèrent désormais que ce chiffre d’affaires est quatre ou cinq fois plus important que ce qui est déclaré par les commerçants. Résultat, le petit boutiquier doit payer cinq fois plus de taxe. Et comme par hasard, la majorité d’entre eux sont originaires d’une ethnie minoritaire, les Gouragués. En fermant leurs boutiques, ceux-ci veulent se défendre contre le pouvoir comme les Oromos et les Amharas l’ont fait il y a un an.

Ces actions ont eu du succès dans les villes de province même si la police a réussi à imposer que les boutiques restent ouvertes. Par contre elle n’a pas essayé d’intervenir dans la capitale Addis-Abeba, car elle aurait risqué de se mettre à dos la population.

C’est la même situation pour ceux qui travaillent dans le transport. Les chauffeurs de cars qui desservent les villes de province sont mécontents et se sont mis en grève totale pendant deux ou trois jours. Ils ont été suivis par les minibus des villes. En même temps l’idée de déclarer « ville morte » a circulé chez tous ces travailleurs et leur mouvement a mieux marché en province que dans la capitale.

L’Éthiopie voit son économie progresser depuis une dizaine d’années avec un boom immobilier indéniable. L’État met un point d’honneur à rendre l’image d’Addis Abeba digne d’une ville moderne avec la construction de deux lignes de tramway, le chemin de fer Djibouti-Addis Abeba, et surtout le barrage hydroélectrique sur le Nil, le plus grand d’Afrique.

D’autre part, le pays passe pour être l’atelier de la Chine. De nombreuses sociétés de sous-traitance pour les produits de luxe destinés à Europe, déménagent leurs usines de Chine vers l’Éthiopie pour s’y implanter car la main-d’œuvre est moins chère.

Depuis dix ans les seules manifestations de mécontentement et de contestation viennent des Oromos et des Amharas. Ils contestent le pouvoir parce que le gouvernement est dirigé par l’ethnie minoritaire des Tigréens (6% de la population). Les autres ethnies ne sont pas représentées, à part quelques potiches que le pouvoir met au-devant de la scène.

Malgré un calme apparent dans le pays, il n’en demeure pas moins un bouillonnement au sein de la population laborieuse. Pour l’instant ce sont les chauffeurs de cars et minibus ainsi que les boutiquiers des villes qui sont mobilisés.

La classe ouvrière ne se manifeste pas. Mais, même minoritaire, si elle s’organise au-delà des clivages ethniques, si elle est déterminée à défendre ses propres intérêts, elle sera capable d’ébranler les capitalistes de ce pays, d’imposer ses revendications et celle de la population pauvre.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2017 RSSNuméro 437 du 17 Septembre 2017   ?