UATCI
ÉDITORIAL

VALSE DE PREMIERS MINISTRES QUI ROULENT DES MÉCANIQUES

MALI

Pour la quatrième fois depuis son arrivée au pouvoir en 2013, le président malien IBK change de
Premier ministre. Depuis le 8 avril dernier, c’est Abdoulaye Idrissa Maïga, ministre de la Défense dans le précédent gouvernement, qui remplace Modibo Keïta à la tête du gouvernement. Une des
particularités de la nouvelle équipe est le nombre pléthorique de 36 ministres, c’est-à-dire autant de « portefeuilles » pour satisfaire de gros appétits. Le président malien a déjà un sobriquet qui lui colle bien : « Monsieur ma famille d’abord ». Il faut croire qu’il a encore agrandi sa famille pour mieux vider les caisses de l’Etat !

Selon certains commentateurs de la presse locale, cette valse de Premiers ministres s’explique par l’incapacité de l’État à « faire face à la fronde sociale ». Depuis plusieurs mois en effet, il est confronté à une série de grèves dans la fonction publique. Ce sont les magistrats qui ont commencé à cesser le
travail en janvier 2017. Suite au refus du gouvernement de répondre favorablement à leurs revendications, leur grève de « sept jours ouvrables » s’est transformée en « grève illimitée ». Par la suite, le mouvement s’est étendu à d’autres secteurs de la Fonction publique : les inspecteurs du travail, les
employés du ministère des Affaires étrangères, ceux des collectivités territoriales, ceux des hôpitaux publics et tout dernièrement dans l’éducation nationale.

Tous, malgré la diversité de leur statut et de leur corps de métier, réclament une amélioration de leurs conditions de travail et d’existence : versement de primes, changement de grille de salaires, intégration, dans le statut de fonctionnaires, de ceux qui sont restés jusqu’ici simples vacataires, remplacement de matériel de travail vétuste, etc.

La grève des magistrats a duré plus d’un mois. Ils ont partiellement eu gain de cause et obtenu des promesses de régularisation pour certaines revendications non satisfaites.

Le nouvel arrivant à la primature, auréolé de son ancien grade de ministre de la Défense, croyait qu’il allait faire peur aux grévistes en montrant ses gros bras, mais il n’a pas réussi à intimider grand monde puisque le mot d’ordre de grève illimitée n’a été suspendu ni dans les hôpitaux ni dans l’Éducation
nationale. Ce n’est que le 16 avril ? au bout de 11 heures de négociations entre les syndicats de la Santé et le nouveau gouvernement que les employés des hôpitaux publics ont décidé de mettre fin à leur grève de 38 jours, la plus longue grève du secteur hospitalier depuis trente ans. Voici ce qu’a déclaré un
responsable syndical après cette négociation : « Sur neuf points, nous avons [obtenu] huit points d’accord et un point d’accord partiel. Nous avons demandé une augmentation de la prime de fonction spéciale, nous avons reçu 100% de l’existante […]. [Concernant] l’intégration des contractuels, le
principe est déjà acquis ».

Quant au mot d’ordre de grève des enseignants, il est maintenu car jusqu’à présent ils n’ont pas obtenu satisfaction. Les élèves et les étudiants sont inquiets de vivre une année blanche ; ils commencent à montrer quelques signes d’agitation et demandent au gouvernement et aux enseignants de se mettre
autour d’une table pour négocier.

Pour le moment, le gouvernement semble avoir choisi de faire la sourde oreille et rouler des
mécaniques. Il vient de déclarer « l’état d’urgence sur l’ensemble du territoire pour une durée de dix jours » à compter du 19 avril. Officiellement c’est pour « faire face à la menace terroriste » mais
personne n’est dupe pour croire que cela va intimider les djihadistes fanatisés. Ceux-ci portent des
ceintures d’explosifs et sont prêts à se faire exploser avec leurs bombes, ils se moquent de savoir s’il y a état d’urgence ou pas. Quant aux attaques que subit l’armée malienne dans le Nord et dans le Centre, en quoi l’état d’urgence va faire trembler les assaillants ? Et pourquoi seulement dix jours ?

En vérité, l’instauration de l’état d’urgence dans une grande ville comme Bamako est surtout destinée à intimider la population. Au nom de la « sécurité publique » le gouvernement va interdire par exemple toute manifestation, attroupement ou occupation des lieux publics. Il s’apprête probablement à réquisitionner les enseignants pour les obliger à travailler sous peine de poursuite pénale.

Dans le passé, les employés de l’administration, les enseignants et les étudiants ont su mener des luttes, y compris sous la dictature sanguinaire de Moussa Traoré. Si le président IBK veut jouer les gros bras avec eux, il aura peut-être des surprises comme l’ancien dictateur.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2017 RSSNuméro 433 du 26 Avril 2017   ?