UATCI

APRÈS LE PASSAGE DU CYCLONE ENAWO LES VOLS DE VANILLE SE MULTIPLIENT

MADAGASCAR

Les régions Sava et Sofia situées dans le nord-est du pays, sont les plus touchées par le récent passage du cyclone Enawo. De nombreux champs de vanille, de riz et d’autres cultures ont été détruits par les pluies torrentielles et les rafales de vent violent. Les toitures en chaume ou en tôle ondulée des
habitations ont été emportées, laissant les villageois dans les pires difficultés. Des dizaines de personnes ont perdu la vie et des milliers de sinistrés n’ont plus de domicile ni de moyen de subsistance. Les aides de l’État se font toujours attendre.

Dans ce contexte catastrophique, beaucoup de personnes ayant tout perdu ont basculé dans la
débrouillardise ou le vol en tout genre. Cette région est la principale productrice de vanille dont la date de récolte devrait débuter le 20 juin. Mais dès maintenant de nombreuses petites plantations sont victimes de vols sur pied perpétrés durant les nuits. Les grands domaines quant à eux, sont préservés de tels aléas car ils bénéficient d’une certaine protection de patrouilles nocturnes de gendarmes.

Une véritable psychose est en train de s’emparer de ces petits producteurs de vanille. Plusieurs d’entre eux ont trouvé la mort ces derniers temps au cours d’affrontements nocturnes avec de nombreux pillards ou supposés tels, certains ont péri en plusieurs endroits. De plus en plus de planteurs ne font plus confiance aux gendarmes car ils sont révélé que dans plusieurs cas ils étaient complices des voleurs. Dans certains lieux, ces planteurs ont décidé d’organiser eux-mêmes leur propre milice appelée « Dinam-paritra » qui n’hésite pas à faire usage de sagaies et autres coupe-coupe contre les démunis qui errent à proximité des plantations.

L’État semble laisser s’entretuer les petits planteurs et les pillards. Cet État est l’ami des riches, une bonne partie des ministres sont eux-mêmes des hommes d’affaires. Ce qui lui importe ce sont les intérêts des riches propriétaires des grandes sociétés qui dominent la filière vanille. Cette épice est très prisée à travers toute la planète, Madagascar en est le premier producteur et exportateur mondial. La guéguerre à coups de machettes, livrée en ce moment en amont de la filière au niveau des champs, constitue un véritable drame pour les protagonistes livrés à eux-mêmes, mais ne constitue pas une menace pour les fortunes qui se bâtissent à l’autre bout de la filière. Les collecteurs de cette précieuse denrée qui quadrilleront la région dans moins de deux mois, ne seront pas regardants sur la provenance de la production qui finalement sera engrangée dans les magasins de traitement et les entrepôts de stockage des rois de l’export. Les prix de la vanille sont en hausse cette année et par conséquent les profits seront juteux. Dans ces conditions, qu’importe à ces gens-là et aux dirigeants du pays, qu’à l’autre bout de la filière les petits planteurs et les laissés-pour-comptes s’entre-tuent !


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2017 RSSNuméro 433 du 26 Avril 2017   ?