UATCI

RÈGLEMENT DE COMPTE ENTRE POLITICIENS RIVAUX ET AUTRES AFFAIRES DE SOU … UNE VIELLE PRATIQUE

SÉNÉGAL

Le 7 mars dernier, le maire de Dakar, Khalifa Sall et cinq de ces proches collaborateurs ont été arrêtés et mis en détention à la prison de Rebeuss, à Dakar. Ils sont accusés d’ « escroquerie portant sur des fonds publics », « détournement de deniers publics », « blanchiment de capitaux », « association de malfaiteurs », « complicité de faux dans des documents administratifs », etc. Selon le gouvernement, une somme de 1,83 milliard de francs CFA (plus de 2,7 millions d’euros) aurait été subtilisée par ces messieurs entre 2011 et 2015.

Les partisans du maire écroué crient au complot politique. Ils accusent le pouvoir actuel de vouloir salir l’image du maire qui envisageait de se présenter à l’élection présidentielle de février 2019, contre l’actuel président.

Rappelons que ce n’est pas la première fois qu’un président en exercice au Sénégal emprisonne son rival potentiel pour avoir la voie libre devant lui. Senghor avait déjà inauguré ce procédé en faisant emprisonner (avec l’appui de la France) son rival Mamadou Dia le 18 décembre 1962 alors que celui-ci occupait le poste de président du Conseil. Il a été condamné à perpétuité avec quatre de ses ministres. Ce n’est qu’en avril 1976 qu’ils sont libérés suite à une grâce présidentiel. Un mois plus tard, Senghor met fin au règne du parti unique en limitant cependant le nombre de partis autorisés à trois.

Son successeur, Abdou Diouf, n’avait pas hésité à mettre son rival d’alors, Abdou Laye Wade en prison lorsque celui-ci était devenu un rival sérieux. C’est ainsi que le 15 mai 1993, Abdoulaye Wade et trois membres de son parti sont arrêtés suite à l’assassinat de Babacar Sèye, alors vice-président du Conseil constitutionnel.

Abdoulaye Wade, une fois au pouvoir en a fait de même en accusant son Premier ministre et « dauphin » présumé, Idrissa Seck, de détournement de fonds en 2005 alors qu’il se préparait à concurrencer son mentor Wade pour l’élection présidentielle prévue pour 2007.

Macky Sall, une fois élu à la présidence après Abdoulaye Wade, n’a pas dérogé à ces pratiques. C’est ainsi qu’il s’est débarrassé de Karim Wade (le fils de l’ancien président) en l’envoyant en prison en avril 2015 pour motif d’enrichissement illicite. Il a été gracié par ce même Macky Sall en juin 2016 et est allé se réfugier quelque part dans les émirats pétroliers du Golfe.

Aujourd’hui c’est le tour de Khalifa Sall d’être sous les verrous. Le pouvoir lui a trouvé des poux car il commençait à devenir un rival sérieux pour la prochaine élection que Macky Sall voudrait gagner pour la deuxième fois. Il sera probablement gracié comme Karim Wade une fois qu’il cessera d’être un rival pour l’actuel président. Comme quoi, il n’y a rien de nouveau sous le soleil du Sénégal.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2017 RSSNuméro 432 du 11 Mars 2017   ?