UATCI

UNE ILLUSTRATION DE LA POLITIQUE CRIMINELLE DE L’ÉTAT

SÉNÉGAL

Le Sénégal ne possède qu’un seul appareil de radiothérapie. Il se trouve à l’hôpital Le Dantec à Dakar et a été, parait-il, offert par la France en 1989. Cet appareil est très utile car il permet de traiter le cancer mais il est en panne depuis plus d’un mois. Cela fait longtemps que le ministère de la Santé a été informé de la vétusté de cette machine qui tombe trop souvent en panne et qui de plus, est devenue dangereuse car elle expose les patients et le personnel soignant à la radioactivité. Mais le gouvernement a toujours fermé les yeux devant cette requête.

Aujourd’hui, les malades atteints de cancer n’ont pas d’autres choix que d’aller se faire soigner dans un autre pays. Jusqu’à aujourd’hui, seul trois patients ont été pris en charge par le gouvernement pour être traités au Maroc. Et pour les autres ? Ceux qui ont les moyens peuvent aller là où ils veulent mais ceux qui n’ont rien sont condamnés à mort, étant donné que le coût de l’évacuation vers le Maroc est de trois millions de francs Cfa pour quatre séances de thérapie.

Le gouvernement a annoncé la commande de nouvelles machines mais elles ne seront livrées que dans plusieurs mois. L’inquiétude est grande chez les malades et leurs familles. Pour tenter de les calmer, le gouvernement a lancé une « campagne citoyenne » destinée à collecter de l’argent auprès de la population afin de pouvoir envoyer plus de patients au Maroc.

Cette panne n’est qu’un exemple parmi tant d’autres de la défaillance de l’État sénégalais en matière de santé publique. La vétusté des hôpitaux publics est criante sur l’ensemble du territoire. Les appareils de soins et les laboratoires sont dans un piteux état, le personnel est sous-payé et travaille dans des conditions lamentables.

L’exemple du principal hôpital public de Ziguinchor (l’Hôpital de la Paix, principale structure de santé de toute la région) est parlant. Il a été inauguré en février 2015 par Macky Sall en personne à grand coup de publicité, mais à peine deux années après il n’est plus en mesure de remplir sa mission. Les employés se sont regroupés autour d’une intersyndicale pour dénoncer « le manque de matériels dans les laboratoires et services d’analyse, la non livraison des fournisseurs, le non paiement des indemnités », entre autres. L’hôpital ne dispose que d’une ambulance pour évacuer les malades. Depuis trois mois, les femmes de ménage n’ont pas perçu leur salaire ; aucun contractuel de l’hôpital n’est encore enregistré à l’IPRES (Institution de prévoyance retraite du Sénégal).

Les gouvernants et les fortunés ne fréquentent pas ces lieux de soins qui s’apparentent de plus en plus à des mouroirs pour les pauvres. Si l’État sénégalais était vraiment soucieux de la santé de la population, on n’en serait pas là.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2017 RSSNuméro 431 du 12 Février 2017   ?