UATCI

VISITE MÉDICALE SCOLAIRE, UNE ESCROQUERIE DÉGUISÉE.

LEUR SOCIÉTÉ

Le ministère de l’Éducation nationale en accord avec celui de la Santé a organisé ce qu’on pourrait qualifier de racket.

Autrefois, seuls les élèves en classe d’examen et concours devaient passer la visite médicale. Cet examen médical a son importance parce qu’il permet de diagnostiquer un mal chez l’élève. Cela peut être un problème de vision, d’audition, de respiration, etc. Il peut être lié à des infections bactériennes ou virales, contagieuses ou non. Ce diagnostic permet donc à l’élève malade de bénéficier d’une attention particulière de ses camarades et d’une dispense par rapport à certaines matières.

Cependant, une telle visite nécessite des appareils médicaux adéquats et surtout un personnel médical proportionnel au nombre d’élèves. Mais, il n’en est rien de tout cela. Une ville comme Bingerville par exemple, qui possède de grands lycées et collèges (y compris des villages environnants), ne dispose que d’un médecin, deux infirmiers et une sage-femme pour mener cette opération. Au lycée classique d’Abidjan, il n’y a que deux infirmières pour près de quatre mille élèves.

Dans ces conditions, le suivi médical des élèves ne peut être que médiocres et sans grande efficacité.

Par contre, ce seront des centaines de millions de francs CFA qui seront rackettés auprès des élèves. En effet, derrière cette belle opération qui est l’organisation de cette visite médicale, il y a un flot d’argent. Les élèves du primaire doivent s’acquitter de 200 F et ceux des collèges et lycée auront 500 F à débourser Ce qui représentera au total une bonne cagnotte pour les organisateurs. Comme quoi les autorités ne manquent pas d’imagination pour soutirer de l’argent à la population.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSLe journal : le pouvoir aux travailleurs Côte d’Ivoire RSSCôte d’Ivoire, Numéros de l’année 2017 RSSN°229 du 14 Janvier 2017   ?