UATCI

SOMMET DE LA FRANCOPHONIE À MINIMA ET DANS L’INDIFFÉRENCE DE LA POPULATION

MADAGASCAR

Ce sommet qui menaçait de ne pas se tenir à cause de l’indifférence et de l’antipathie d’une partie de la population de la capitale, a finalement eu lieu. Il n’a duré que deux jours contrairement au précédent sommet qui avait duré une semaine à Dakar, au Sénégal. De nombreux chefs d’États de l’espace dit francophone n’ont pas fait le déplacement à Antananarivo.

Durant la période qui a précédé ce sommet le gouvernement a fait détruire des habitations et des boutiques tenues par des commerçants pauvres, situées le long de la route qui mène vers le complexe hôtelier appelé « village de la francophonie ». Les riverains ne se sont pas laissé évacuer de gaîté de cœur et leur mobilisation en vue d’obtenir des dédommagements est toujours en cours.

Les véhicules pousse-pousse tirés par des êtres humains ainsi que les charrettes à zébus ont été interdits à la capitale durant le sommet et la mesure continue de s’appliquer sans que les personnes qui en tirent leur subsistance ne touchent aucune sorte de compensation.

L’État malgache a touché une certaine somme d’argent de la part des grandes puissances comme la France et le Canada pour l’aménagement de quelques tronçons de routes et la construction de salles de conférence. La population pauvre n’a certainement pas trouvé son compte dans les discours creux parlant de « croissance partagée et développement responsable ».

Quant à François Hollande, ce n’est certainement pas par amour de la langue française qu’il a participé à ce sommet accompagné de nombreux patrons, mais pour y défendre les intérêts des capitalistes français. Il a fait son cinéma en rendant hommage aux victimes de la répression coloniale devant le monument érigé en la mémoire de cette insurrection indépendantiste de 1947. À cette époque Madagascar était une colonie française et le gouvernement français était alors à direction socialiste.

Pendant ce temps dans l’extrême sud du pays, au moins un million de personnes sont menacées de famine grave si la sécheresse continue comme les années précédentes. Malgré la sonnette d’alarme tirée par la FAO, les pouvoirs publics et les grandes puissances continuent de faire comme si de rien n’était.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2016 RSSNuméro 429 du 02 Décembre 2016   ?