UATCI

L’INTERVENTION MILITAIRE DE L’IMPÉRIALISME A AGGRAVÉ LE CHAOS DANS LE PAYS

CENTRAFRIQUE

Les troupes françaises de l’« Opération Sangaris » envoyées en 2013 à Bangui, soi-disant pour rétablir l’ordre et la paix et dont le nombre a atteint progressivement 2 000, viennent de quitter le pays. Cependant l’armée française ne quitte pas totalement le pays puisque 350 soldats continuent d’occuper toujours la base de Mpoko pour encadrer, paraît-il, les 10 000 militaires des troupes de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique, la Minusca. À cette occasion, Le Drian, ministre français de la Défense, s’est rendu le 30 octobre à Bangui. Il s’est félicité du succès de l’Opération Sangaris mais force est de constater que ses soldats soi-disant « instruits et disciplinés » n’ont pas réussi à venir à bout des milices qui sèment la terreur parmi la population à coups de balakas (couteaux) et de machettes.

En effet au moment même où Le Drian a foulé le sol de l’aéroport de Bangui Mpoko, de nouveaux affrontements entre les divers groupes armés et milices qui terrorisent la capitale ont eu lieu.

Ces affrontements ont recommencé depuis le 12 octobre à Bangui, avec la mort, la veille, d’un Seleka (La Seleka est la milice la plus importante et mieux armée ; elle fait partie de la nouvelle armée nationale) tué au cours d’une tentative de braquage de la population. En représailles, plusieurs groupes armés dont la Seleka et des membres de « l’auto-défense musulmane », quittent les quartiers commerçants du Nord pour le Sud, habité majoritairement par des chrétiens et animistes. Ils tuent et pillent les populations. Bilan : 37 civils sont tués, près de 600 abris et maisons incendiés.

L’intervention militaire de l’impérialisme français, doublée de celle de l’ONU n’a pas ramené la paix en Centrafrique, contrairement aux affirmations de Le Drian. C’est peut-être un succès pour l’impérialisme mais certainement pas pour les populations qui subissent de plein fouet les exactions des diverses milices armées qui tuent, violent, rançonnent en toute impunité.

Le rôle des soldats français dans ce pays est de veiller sur les intérêts des capitalistes français qui exploitent l’uranium, le diamant ou le bois précieux. Ils veillent également sur le nouveau gouvernement du président Touadéra très fragilisé par les divers groupes armés. Sans eux, ce gouvernement formé en pleine crise sous la houlette de l’ex-puissance coloniale française et dont le pouvoir ne dépasse guère les limites de la capitale Bangui, ne tiendra pas en place un seul jour.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2016 RSSNuméro 428 du 06 Novembre 2016   ?