UATCI

LES VIOLEURS DE ZOUHOURA CONDAMNÉS ?

TCHAD

Le 30 juin dernier, la cour de justice de Ndjaména a condamné sept criminels, tous fils à papa, impliqués dans le viol collectif d’une jeune lycéenne Zouhoura, à dix ans de travaux forcés. L’adolescente de 16 ans, a été séquestrée pendant plusieurs jours par ses bourreaux.

Au lieu de se taire comme la plupart des victimes, Zouhoura a décidé de parler ; elle a brisé un des tabous de la société tchadienne, qui consiste à observer le silence total sur le viol pour régler le problème à l’amiable, entre familles.

Rappelons que c’est le 28 février 2016, sur le chemin de son lycée à Ndjaména, qu’elle a été enlevée. À la presse elle a raconté son calvaire : « Ils étaient cinq dans une voiture. Trois sont descendus et ils ont tapé ma copine. Puis ils m’ont frappée, mise dans leur voiture et emmenée dans un endroit inconnu, une petite maison où deux autres garçons les ont rejoints en moto. Ils m’ont déshabillée, frappée. Ils ont pris des photos, filmé. Ils n’ont donné aucune raison. Ils ont juste dit que je ne les saluais pas à l’école. (…) Ils m’ont demandé de ne rien dire ».

Comme elle a parlé, en représailles, ses bourreaux ont fait circuler les photos sur le net, ce qui a beaucoup choqué les gens. Partout dans le pays, c’est l’indignation.

À Ndjaména ses camarades de lycée se sont rassemblés devant le domicile de la victime pour une marche de protestation en direction du palais de justice. Ils portaient des banderoles sur lesquelles on pouvait lire « Justice pour Zouhoura » ou encore « Nous sommes tous Zouhoura, notre dignité bafouée ». La police est intervenue brutalement pour les disperser. Il y a eu un mort et des blessés.

À Moundou, à Massaguet et à Faya Largeau, des jeunes ont aussi manifesté contre le pouvoir. Le bilan est une fois de plus lourd : un mort et cinq blessés.

Ici dans l’immigration, le père adoptif de Zouhoura qui vit en exil, alors candidat à l’élection présidentielle bidon qui a eu lieu au Tchad, a d’abord soutenu sa fille dans son combat. Il a refusé le million d’euros pour acheter son silence, pour qu’il ne fasse pas campagne, par exemple, sur le thème : les viols des filles ou des femmes restés impunis au Tchad. Puis il y a eu des pressions voire des menaces de mort sur sa personne et sur sa famille. Il s’est non seulement retiré de la course à la présidence mais a publiquement soutenu le dictateur-candidat Deby.

Devant l’ampleur et l’extension de la contestation, Idriss Déby est sorti de sa réserve pour déclarer : « C’est en père de famille scandalisé que je réagis à cet acte barbare, ignoble et innommable », et a promis que « justice sera rendue ».

Du blabla ! Les 7 violeurs, on les connaît. Parmi eux, trois sont des fils de généraux de l’armée et un fils de ministre. Il paraît qu’ils ont été arrêtés mais on sait qu’ils vivent en toute liberté dans Ndjaména.

Aujourd’hui ils ont été officiellement jugés et condamnés. Ils purgeraient leur peine dans la prison de haute sécurité de Koro Toro, située en plein désert dans le nord tchadien. Mais déjà le bruit court que l’un des prisonniers s’est évadé. Laissera-t-on s’évader les autres aussi ?


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2016 RSSNuméro 424 du 03 Juillet 2016   ?