UATCI

MALI : DES MILLIARDS POUR L’ARMÉE ET RIEN POUR LA POPULATION PAUVRE

Lorsqu’il s’agit de débloquer des fonds pour créer des infrastructures utiles à la population, les dirigeants de l’État malien disent que les caisses sont vides. Ce sont alors les travailleurs maliens de l’émigration qui sont obligés de cotiser pour prendre en charge la construction des écoles, des maternités, des dispensaires, des retenues d’eaux, de puits et des châteaux d’eau dans leur village afin d’améliorer un peu les conditions d’existence de leur familles. Ils ne reçoivent aucune aide de l’État. Celui-ci ne fait même pas l’effort d’y envoyer des enseignants et du personnel qualifié pour faire fonctionner les centres de santé construits par les travailleurs. Lorsqu’il s’agit par exemple de faire une campagne de vaccination, ce sont les travailleurs de l’émigration qui s’organisent pour acheter des vaccins en France et les faire acheminer à leurs frais jusqu’au village. Les dignitaires de l’État se contentent tout juste d’inaugurer les réalisations et de poser devant les caméras.

Mais lorsqu’il s’agit de financer son armée, le gouvernement malien trouve de l’argent. C’est ainsi qu’il vient récemment de débloquer un budget de 1 230 milliards de F CFA (environ 1,9 milliard d’euros) pour la période 2015-2019, destiné soi-disant à la « modernisation de l’armée ». En plus des 13 000 soldats actuels, 10 000 autres vont être recrutés, des véhicules, avions et autres engins de guerre vont être achetés. Par ce geste, le président malien veut encourager son armée à mener la guerre contre la rébellion touareg qu’elle ne parvient pas à écraser dans le nord du pays.

Des vendeurs d’armes et autres engins de mort, dont ceux de l’impérialisme français protecteur du régime malien, se frottent les mains car une partie de cette manne tombera entre leurs mains. La pléthore de généraux et autres officiers supérieurs qui composent l’armée malienne se réjouissent aussi de cette arrivée d’argent frais dont une partie servira à augmenter leurs revenus, eux qui profitent déjà de leur position pour mener une vie de pacha. Comme d’habitude une partie de cette manne financière ira dans les poches des membres de la famille du président car celui-ci les a placés dans les postes clé de l’appareil d’État, à commencer par son propre fils (Karim) qui a été propulsé par son papa à la tête de la « Commission Défense de l’Assemblée nationale », l’organisme chargé de « contrôler » le gâteau.

Mais ces milliards gaspillés de la sorte auraient mieux servi la population s’ils avaient été investis pour que les hôpitaux et les écoles publics fonctionnent dans de meilleures conditions. Ils auraient été utiles pour construire des barrages et creuser des puits dans des villages où l’eau manque cruellement aux habitants. Ils auraient été plus utiles pour la construction de logements sociaux qui font tant défaut à Bamako et ses environs.

Mais attendre de telles actions de la part d’un gouvernement de voleurs et de parasites équivaudrait à attendre qu’un bouc produise du lait.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSLe journal : le pouvoir aux travailleurs Côte d’Ivoire RSSCôte d’Ivoire, Numéros de l’année 2016 RSSN°221 du 23 Avril 2016   ?