UATCI

L’INCURIE DES AUTORITÉS FACE À L’INSÉCURITÉ DANS LES QUARTIERS POPULAIRES

Les journées autour du 30 mars 2016 ont été des moments de panique pour la population d’Abobo. Des bandits communément appelés « microbes » ont sévi dans la commune. Armés de machettes et de gourdins, ils ont semé la terreur pendant trois jours. Ces délinquants avaient le contrôle total d’une bonne partie de la commune. Ils agressaient, pillaient et volaient tous ceux qu’ils croisaient sur leurs chemins. Tout cela se passait au nez et à la barbe des forces de l’ordre, sans que ceux-ci ne lèvent le petit doigt.

À l’origine de cette flambée de violence, le lynchage de l’un des chefs microbes le 29 mars, par des habitants du quartier Plaque-2, exaspérés par les agissements de ces bandits. C’est en représailles à la mort de leur chef qu’ils ont agi ainsi. Les forces de l’ordre, d’habitude promptes à mater les travailleurs quand ceux-ci luttent contre l’exploitation qu’ils subissent, avaient totalement disparu, durant tous ces jours de violences, laissant les habitants livrés aux bandits.

Le problème des microbes ne concerne pas seulement la commune d’Abobo. Tous les quartiers populaires d’Abidjan sont touchés. Récemment Yopougon-Siporex avait fait l’objet d’attaques similaires.

Toute cette criminalité prospère sur le terreau de la misère, du chômage et du désœuvrement de la jeunesse dans les quartiers pauvres. Il faudra plus que de simples mesures sécuritaires pour remédier à cette situation.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2016 RSSNuméro 422 du 24 Avril 2016   ?