UATCI

LES OUVRIERS DES SOUS-TRAITANTS DE BATIM-CI SE FONT ENTENDRE

CÔTE D’IVOIRE

Nestlé Côte d’ivoire est entrain d’augmenter sa capacité de production en construisant une deuxième unité, dans la zone industrielle de Yopougon. Les travaux sont confiés à l’entreprise GEMA-Construction qui à son tour a sous-traité avec BATIM-CI. Mais cette dernière, pour mieux exploiter les travailleurs, a pour habitude d’utiliser des intermédiaires appelés « tâcherons ». Sur ce chantier, les travailleurs qui sont un peu plus de 150 personnes sont employés par trois tâcherons. Ce sont ces derniers qui sont chargés de faire le sale boulot. Les travailleurs ne sont jamais déclarés à la CNPS ; les salaires sont en dessous du Smig pour les manœuvres ; les paies se font toujours en retard.

C’est d’ailleurs pour le retard de salaire du mois de septembre que les travailleurs ont arrêté le travail le vendredi 9 octobre. Ils ont tout bloqué sur le chantier quand la direction leur a dit que le chèque devrait attendre 72 heures avant d’êtretouché. Les travailleurs qui, ce jour là, avait une rencontre avec leur syndicat, ont profité de l’occasion pour exposer leurs difficultés, et discuter ensemble de ce qu’il faudrait faire pour contraindre le patron à les respecter.

Donc c’est tous gonflés qu’ils sont repartis voir la direction pour lui dire qu’ils ne reprendront le travail, ni ne rentreront à la maison sans leur paie en poche. Vu la détermination des travailleurs, les patrons se sont débrouillés pour que le chèque de 72 heures se transforme en argent sur place. Et c’est tout content de leur mobilisation mais surtout de leur détermination que les travailleurs sont passés à la caisse prendre leur salaire.

Du coup, cette petite victoire a donné de bonnes idées aux travailleurs. Ils ont bien retenu la leçon qu’en se mettant ensemble, ils peuvent préparer d’autres petits plats bien salés pour les servir à leur patron.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2015 RSSNuméro 416 du 18 Octobre 2015   ?